Cession Commerce

Réussir la reprise d'un fonds de commerce

Par Sophie MENSIOR - Le 19 / 01 / 2009
Suivre sur Twitter

Sommaire

Effet de levier

Pour renforcer ses fonds propres, différents dispositifs existent, comme les plates-formes d’initiative locale, qui permettent de faire effet de levier. Par exemple, si vous disposez d’un apport personnel de 20 000 euros, vous pouvez emprunter 60 000 euros. Si une plate-forme vous accorde un prêt d’honneur de 10 000 euros ; avec l’effet de levier, vous pourrez en lever 90 000. Ces prêts délivrés par les plates-formes d’initiative locale sont des prêts d’honneur à taux zéro.

Certaines fondations en accordent également, de même qu’il existe des aides liées au public demandeur. Par exemple, les moins de 26 ans peuvent obtenir des aides régionales. En outre, un nouveau dispositif visant à accompagner les créateurs et repreneurs d’entreprise, Nacre, vient d’être mis en place depuis le début de l’année 2009.

« Ce ne sont pas les aides qui vont faire votre projet, explique Cyrille Pineau, expert-comptable au cabinet Strego. Mais si on peut y avoir droit, c’est mieux ».

Comme en témoigne l’exemple de ce jeune boucher, qui reprend l’affaire d’un commerçant qui part à la retraite. Ne disposant que de 2 000 euros d’apport personnel, il a pu obtenir une aide d’une plate-forme d’initiative locale de 6000 Î, 3 000 du dispositif Eden, 3 000 d’une aide régionale, 3 000 grâce à une aide de son fournisseur, et 1 000 euros de sa famille. Ce qui lui a permis d’obtenir un prêt de 74 000 euros, qui a finalement été porté à 85 000 euros afin d’avoir une marge de sécurité.

Autre cas de figure, celui de Fabien Gergaud, qui reprend un commerce de décoration pour en faire une fromagerie-crèmerie. Disposant  d’un apport personnel qui correspond à un tiers de son besoin, il a pu obtenir un prêt du Crédit Lyonnais pour le reste du financement. Sur les conseils de la CCI, il s’est vu accorder un prêt d’honneur de Paris Initiatives Entreprises de 15 000 euros. « J’ai obtenu ce prêt d’honneur après avoir négocié avec la banque, il n’est pas rentré dans le business plan mais cela m’a permis d’accroître mes fonds propres », raconte Fabien Gergaud. Les arguments qui ont joué en sa faveur : une expérience commerciale de plus de 10 ans, une formation dans le domaine de la crémerie-fromagerie,  le choix de l’emplacement et un dossier sérieux. « J’étais capable de justifier chaque poste », raconte-t-il.

Nacre : le nouveau dispositif d’aide à la création et à la reprise

Depuis le 1er janvier 2009, un nouveau dispositif d’accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise destiné aux chômeurs, appelé Nacre, vient de voir le jour. Il vise à remplacer les aides Eden (avance de fonds remboursables) et les chéquiers conseils.

L’objectif est de multiplier par trois le nombre de chômeurs créant ou reprenant une entreprise mais surtout de les aider à les rendre pérennes. Les bénéficiaires de nouveau dispositif, renforcé avec un interlocuteur unique, pourront bénéficier d’un prêt d’honneur à taux zéro baptisé « Autonomie », d’un montant moyen de 5 000 euros couplé à une garantie publique des prêts bancaires et à un accompagnement obligatoire, pendant les trois premières années, par des structures labellisées.

Grâce à ce nouveau dispositif, élaboré en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations,  le nombre de bénéficiaires est estimé, à terme, à près de 20 000 par an.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises