Cession Commerce

S'installer en centre-ville

Par Sophie MENSIOR - Le 16 / 09 / 2019
Suivre sur Twitter

Sommaire

Le retour des centres-villes

Avec le développement des zones périphériques, les centres-villes se sont vidés de leurs habitants et de leurs commerces. Aujourd’hui, la tendance s’inverse. Des actions sont menées pour les redynamiser, comme le Plan Action Cœur de Ville lancé il y a un an.

« La tendance s’est inversée depuis quelques temps, la balle est maintenant dans le camp des défenseurs du centre-ville », se réjouit Jean-Pierre Lehmann, président de la FNCV-Les vitrines de France.  « Indiscutablement, il y a un recentrage vers le centre-ville, l’herbe y redevient plus verte », appuie Hervé Lemainque, président de la Journée nationale du commerce de proximité (JNCP). Pour preuve, la grande distribution y revient avec des petits formats, c’est le cas du groupe Casino ou du groupe Carrefour, qui ont multiplié les ouvertures de commerces alimentaires de proximité.

Pendant plusieurs décennies, le développement des zones commerciales en périphérie a entraîné des fermetures de magasins en centre-ville et ces zones se sont désertifiées, particulièrement dans les villes moyennes. Générant des taux de vacance commerciale à la hausse. Selon la fédération du commerce spécialisé Procos, le taux moyen de la vacance en centre-ville est passé de 7,2 % en 2012 à 9,5 % en 2015 et 11,1 % en 2017 (hors Ile-de-France). 62 % des centres- villes observés par Procos ont un taux de vacance supérieur à 10 %, "limite symbolique considérée comme critique". Ils étaient seulement 10 % en 2001.
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises