Cession Commerce

Se lancer en zone rurale

Par Sophie MENSIOR - Le 15 / 10 / 2018
Suivre sur Twitter

Sommaire

Dans le Cantal, 30 % des affaires dans l'hôtellerie-restauration sont à vendre

Dans ce département de la région Auvergne- Rhône-Alpes, on dénombre 150 000 habitants et  500 000 vaches !  Mais aussi  600 cafés, hôtels, restaurants  et discothèques, dont la moitié d’entre eux adhèrent à l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie). Problème : le parc est vieillissant et 30 % des affaires sont à vendre. « Nous avons beaucoup de mal à trouver des repreneurs », indique Thierry Perbet, président de l’Umih Cantal,  membre de la commission Ruralité et Territoires de l’Umih.
Les repreneurs, qui se présentent, sont plutôt des personnes en reconversion que des gens du métier….Pour les former à cette profession,   les chambres consulaires (CCI, chambre de métiers), les syndicats professionnels, ou encore les collectivités locales  vont les prendre en main. « Nous les accompagnons auprès des chefs d’entreprise, qui cèdent leur affaire, en majorité pour cause de départ à la retraite ».
Autre problème : « Ces personnes ont des projets mais n’ont pas beaucoup de trésorerie », ajoute Thierry Perbet. Du coup, les différents  organismes concernés par la reprise d’entreprise se démènent pour trouver des financements. La plate-forme Initiative Cantal peut leur délivrer des prêts d’honneur mais aussi un accompagnement pour pérenniser leur entreprise.
« Quand il s’agit du dernier commerce dans une commune, les banquiers peuvent faire un effort et les collectivités locales apporter des aides », déclare Thierry Perbet. Par exemple, les repreneurs  peuvent bénéficier de loyers faibles lissés sur plusieurs années. Avec la reprise d’un bar-multiservices (journaux, timbres, PMU …), l’important est de préserver l’âme du village…
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises