Cession Commerce

Trouver des financements

Par Sophie MENSIOR - Le 13 / 06 / 2016
Suivre sur Twitter

Sommaire

Effet de levier

Autre allocation délivrée par l’Etat : le Nouvel accompagnement à la création ou à la reprise d’entreprise (Nacre), un dispositif d'accompagnement d'au moins 3 ans. Il aide au montage du projet de création ou de reprise, à la structuration financière (possibilité d’obtenir un prêt à taux zéro  de 1 000 à 8 000 euros) et au démarrage de l'activité. Il permet la signature d'un contrat entre le créateur ou le repreneur d'entreprise et un organisme d'accompagnement conventionné par l'État.

Autre apport en fonds propres : les prêts d’honneur, qui sont des prêts à taux zéro. Ils peuvent avoir deux effets possibles : un effet de levier pour obtenir un financement bancaire complémentaire  et un effet de crédibilité vis-à-vis du projet en raison de la préparation minutieuse du dossier, puis sa présentation devant un jury de professionnels.

Ils permettent de financer les investissements de départ comme le matériel, les locaux... et le besoin en fonds de roulement (BFR). Leur montant peut varier de 2 000 à 50 000 euros. Par exemple, le montant moyen des prêts d’honneur octroyés par Initiative France a été de 8 500 euros en 2014 tandis qu’il atteignait 29 000 euros dans le Réseau Entreprendre. Outre ces deux principaux réseaux,  les porteurs de projets peuvent également s’adresser à l’Adie ou à  France Active.

Par ailleurs, les aides sectorielles, comme les prêts brasseurs pour les CHR (Cafés, hôtels, restaurants) ou les prêts minotiers pour les boulangeries,  peuvent constituer des bons coups de pouce. « Ils sont assez  faciles à obtenir car les prêteurs savent qu’il y aura du chiffre d’affaires derrière », estime Joël Lopez (BLM Conseil).

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises