Cession Commerce

Trouver un financement

Par Sophie MENSIOR - Le 11 / 05 / 2009
Suivre sur Twitter

Sommaire

Adopter des garanties

Afin d’accéder plus facilement au crédit bancaire, le repreneur pourra faire appel à des fonds de garantie ou des sociétés de caution mutuelle. Dans le cadre du plan de relance de l’économie, les interventions et leurs moyens sont renforcés.
 
Pour accorder un prêt à un repreneur, les banques vont généralement exiger des garanties. D’abord sur les biens financés, par le biais d’une hypothèque s’il y a des murs rachetés lors de la reprise, ou nantissement du fonds de commerce, nantissement des parts sociales ou actions dans le cas d’une reprise de société. Ensuite, selon les cas, il peut y avoir des cautions personnelles.

Un organisme tiers (fonds de garantie ou société de caution mutuelle) peut prendre en charge partiellement le risque avec la banque. « Ce type de garantie n’est pas impératif, mais cela me semble s’inscrire dans une bonne logique, le conseiller bancaire va apprécier, estime Emmanuel Morey, responsable du pôle commerce, artisanat, franchise à Crédit Agricole SA. C’est un plus dans un dossier, qui prouve que le repreneur maîtrise bien son sujet. En outre, cela permet de limiter notre risque. » Un avis que partage Romy Lecoq-Champeau, responsable du marché professionnel à la Caisse Nationale des Caisses d’Epargne : « Nous regardons au cas par cas, cela dépend du montant de l’opération, mais il est préférable de prendre une caution mutuelle. En fonction du dossier, nous allons dire au client : on est d’accord pour vous financer mais à condition de prendre une société de caution mutuelle. Cela aura un impact sur notre décision ».

Les femmes ont leurs fonds de garantie F.G.I.F

Faciliter l’obtention des prêts bancaires pour couvrir des besoins en fonds de roulement et/ou en investissements des femmes….tel est l’objet du Fonds de Garantie à l’initiative des femmes (F.G.I.F). Un dispositif pour le moins original, réservée à la gent féminine, confié par l’Etat en 2002 à France Active Garantie. L’Etat se porte caution, et la caution est assurée par FAG.

Le principe : le F.G.I.F apporte sa garantie aux repreneuses à hauteur de 70 % pour un financement bancaire compris entre 5 000 et 38 000 euros, d’une durée de remboursement de 2 à 7 ans. Commission : 1,5 % du montant initial du prêt, mutualisation : 1 % du montant garanti du prêt non remboursable.

Attention, cette garantie est mise en place en concertation avec le banquier et simultanément au prêt. Ce dernier ne doit donc pas être débloqué par la banque avant l’accord de garantie et la réception de la notification de garantie.

En sont bénéficiaires: toutes les entreprises dont la responsabilité est assumée en titre et en fait par des femmes, et ce, quelque soit leur forme juridique, le secteur d’activité, le statut de la créatrice (salariée, demandeuse d’emploi, sans activité) et son âge ! Une piste à ne pas négliger si l’on remplit ces conditions….

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises