Cession Commerce

Ils reprennent une entreprise d'armoires électriques à Amiens

Par Sophie MENSIOR - Le 29 / 08 / 2016
Suivre sur Twitter

Ils reprennent une entreprise d'armoires électriques à Amiens

Suite au départ en retraite de son fondateur, Laurent Rabineau et Stéphane Chwieducik reprennent l’entreprise amiénoise Cetie, spécialisée dans la construction d’armoires électriques. Leur objectif : doubler son chiffre d’affaires pour 2020.

Il a toujours voulu voler de ses propres ailes. A 39 ans, Laurent Rabineau réalise son rêve après une expérience professionnelle bien rempli. Electrotechnicien de formation, doté d’un master en gestion, il a démarré sa carrière à la Compagnie Générale des Eaux, devenue depuis Veolia Eau. Il devient ensuite directeur de région chez Nantaise des Eaux Service, qu’il quitte en 2013 dans l’objectif de reprendre une entreprise. « Je voulais entreprendre et fédérer une équipe », raconte-t-il.

Son souhait : trouver une structure dans laquelle il puisse retrouver son savoir-faire de base avec des leviers de croissance et perspectives de développement. Dans le cadre de ses recherches, il est mis en contact avec la société Cetie (Compagnie européenne de travaux et d’ingénierie), implantée à Rivery, près d’Amiens et spécialisée dans la construction d’armoires électriques sur les marchés du génie climatique et de la distribution. Créée en 1998, elle comprend plus de 30 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 4,2 millions d’euros en 2015.

Son fondateur souhaite prendre sa retraite et transmettre son entreprise. « Il nous a préférés car nous avons mis en avant la pérennité de l’emploi », explique Laurent Rabineau, associé dans ce projet avec Stéphane Chwieducik. Agé de 42 ans, celui-ci bénéficie d’une expérience de plus de 15 ans au sein d’une société spécialisée dans la fabrication de pompes. Il est en charge du développement de Cetie sur de nouveaux marchés, notamment dans le domaine de l’eau. Laurent Rabineau est quant à lui, en charge de la direction de l’entreprise.

« Nous avons racheté l'entreprise trois fois son excédent brut d'exploitation  »

Cédant et repreneurs se rencontrent en juillet 2015, et l’affaire se conclut relativement vite puisque la reprise est signée le 15 mars dernier. Pendant toute l’opération,  les deux associés sont accompagnés par le cabinet d’expertise-comptable Strego et le cabinet Oratio, tous les deux basés à Nantes.

Un montage spécifique est conçu pour cette reprise : un holding de tête, portant le nom des trois associés, RCL pour Rabineau, Chwieducik  et Lamrani, un troisième associé. Ancien chef d’entreprise et business angel, ce dernier va les accompagner pendant quelques années pour la gestion de l’entreprise.

Pour le plan de financement, les deux associés font appel à Finance Conseil, spécialisée dans la recherche de financements professionnels. Finalement, deux banques sont choisies, obligatoire en cas de LBO : le Crédit Agricole et Banque Populaire. Un emprunt est effectué dans chaque banque, ce qui couvre les 70 % du montant du projet, les trois associés apportant les 30 % restants.
« Nous avons acheté l’entreprise trois fois son EBE (Excédent brut d’exploitation) », indique Laurent Rabineau sans dévoiler le montant du rachat.

Les objectifs des repreneurs sont ambitieux : doubler le chiffre d’affaires annuel pour atteindre les 10 millions d’euros en 2020. « Ces objectifs sont étayés par un plan de développement très précis avec nos clients, par la mise en place de nouveaux process et nouvelles méthodes », déclare-t-il. Du pain sur la planche pour cet entrepreneur dynamique !

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises