Cession Commerce

Issue du prêt-à-porter, elle reprend une fromagerie à Montrouge

Par Sophie MENSIOR - Le 06 / 11 / 2017
Suivre sur Twitter

Issue du prêt-à-porter, elle reprend une fromagerie à Montrouge

Issue du prêt-à-porter, Zahra Lemaire a pu réaliser son rêve d’avoir son propre commerce de proximité, en reprenant il y a un an, une fromagerie à Montrouge (92). Un parcours semé d’embûches, où elle a pu surmonter tous les obstacles.

Zahra Lemaire a toujours aimé le commerce, « c’est une histoire de famille », confie-t-elle. Elle passe 25 ans dans le prêt-à-porter, où elle gravit les différents échelons. En mars 2015, alors qu’elle est directrice commerciale de magasins multimarques, elle quitte cet univers avec l’envie d’avoir sa propre boutique.

Un bel emplacement

Pour mettre tous les atouts de son côté, elle suit par le bais de Pôle Emploi différentes formations, ayant trait à la création et à la reprise d’entreprises. « Se lancer toute seule est un peu difficile », estime-t-elle. Mais Zahra Lemaire est passionnée et se jette à fond dans son projet. « Le travail, c’est mon moteur », ajoute-t-elle.

Coup de chance : le primeur de Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, lui propose de reprendre la boutique de fromage, dont il est propriétaire. Zahra Lemaire accepte cette proposition. Dénommée l’Epicerie, celle-ci dispose d’un bel emplacement, dans la rue numéro 1 de Montrouge, l’avenue de la République. Elle bénéficie d’un environnement porteur pour les commerces de bouche.
 

« J'avais un apport insuffissant pour faire face aux attentes des banques  »

Trouver des financements

Reste à trouver le financement pour reprendre la boutique, ce qui va s’avérer compliqué. « J’avais un petit apport de 45 000 euros, insuffisant pour faire face aux attentes des banques », souligne-t-elle. Dans cette démarche, elle se fait accompagner par la Chambre de métiers et de l’artisanat des Hauts de Seine. Ce qui lui permet de décrocher une subvention aux métiers de bouche ainsi qu’une autre pour le matériel.

Elle décroche également deux prêts d’honneur, un de la plateforme Hauts-de-Seine Initiative  de 20 000 euros, un autre de 20 000 euros également de la région Ile-de-France.

Obtenir un prêt bancaire se révèle une étape plus difficile. Après avoir consulté plusieurs établissements bancaires, c’est finalement le Crédit Mutuel de Montrouge qui lui octroie un prêt de 140 000 euros.


Travaux d’aménagement

Prévue au départ fin juin 2016, la signature de la reprise est repoussée, en raison des difficultés à obtenir un financement, elle a lieu finalement le 2 septembre 2016. Zahra Lemaire reprend le fonds pour un montant de 200 000 euros.

Après des travaux d’aménagement, la boutique ouvre ses portes un mois plus tard, le 2 octobre 2016. Pour se former à ce nouveau métier, elle effectue le stage de 42 h pour devenir  fromager à l’IFOPCA. Sa fille travaille également avec elle dans la boutique, un autre vendeur venant compléter l’équipe.

Un an après la reprise, Zahra Lemaire est fière d’avoir pu réaliser ce projet. « Je réalise mon rêve d’avoir ouvert mon commerce de proximité à Montrouge. »

Elle se réjouit d’avoir pu franchir certaines étapes : « mes fournisseurs sont payés, mes charges sont payées, mes loyers sont payés », précise-t-elle. Mais aussi d’avoir pu nouer de bonnes relations avec ses clients. « Ils nous encouragent et plébiscitent nos produits, qui correspondent à leur mode de consommation », ajoute-t-elle. Un bon début pour cette reconversion réussie dans les métiers de bouche !


 

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises