Cession Commerce

Anna-Maria Spano, adjointe au maire de la Rochelle

Par Sophie MENSIOR - Le 13 / 11 / 2017
Suivre sur Twitter

Commune la plus peuplée du département de Charente-Maritime, la Rochelle possède un territoire attractif, qui accueille de nombreux touristes. Anna-Maria Spano, adjointe au Maire de la Rochelle, en charge du secteur sauvegardé, commerce et marchés nous présente sa ville….

Le tourisme représente 17 % du chiffre d'affaires des commerces de la Rochelle

« Le tourisme représente 17 % du chiffre d'affaires des commerces de la Rochelle  »

Décrivez-nous les caractéristiques de La Rochelle ?
C’est un petit bijou face à l’Océan. A part deux places créées au XIXème siècle, la ville est restée dans sa trame d’origine. Elle possède un certain nombre d’atouts : un grand port de plaisance, qui comprend 5 000 places, 3 plages et le Vieux-Port, un lieu classé, en cours  de réaménagement. D’autres chantiers ont été menés pour poursuivre la transformation de la ville tels que la rénovation du square Valin, sur le Vieux-Port, qui s’est achevée en juillet dernier.
 

Comment s’articule le paysage commercial ?
On dénombre 500 commerces  dans l’hyper-centre et 1 304 dans le centre-ville. Dans l’hyper-centre, on trouve des grandes enseignes  (H&M, Zara, Nature & Découvertes…) mais aussi des commerces indépendants.
L’équipement de la personne y est sur-représenté, avec 74 enseignes, la plupart d’entre elles étant implantées également en périphérie. L’offre pour les femmes est très étoffée, pour les hommes un peu moins.
Compte-tenu de l’activité touristique de la ville, les CHR (Cafés-hôtels-restaurants) occupent une place importante avec 376 établissements. Quant aux commerces de bouche, ils sont concentrés au marché, ce qui est un peu dommage. Il faudrait qu’il y en ait ailleurs.
Outre le centre-ville, deux zones périphériques extérieures complètent  l’offre commerciale : Beaulieu et Angoulins.  Pour veiller aux bons équilibres, il a été décidé de ne pas créer de centre commercial supplémentaire ni d’agrandir les surfaces existantes.

En termes d’ouverture le dimanche,  quelle est la position  de la ville ?
Seuls les commerces situés dans le périmètre de la ZTI (Zone touristique internationale), c’est-à-dire sur le Vieux Port et le Port des Minimes, peuvent ouvrir le dimanche. Il faut savoir que le tourisme représente 17 % du chiffre d’affaires des commerces. Outre les Francofolies et le Grand Pavois, un certain nombre d’évènements sont organisés toute l’année. Les croisières sont en plein développement : plus de 51 000 passagers sont attendus en 2017 sur 44 paquebots. Ceux-ci arrivent au Port de la Pallice, puis les croisiéristes rejoignent le centre-ville en navette.

Quelles sont les dispositions prises en termes de transport et accessibilité ?
La Rochelle est désormais à 2h30 de Paris en TGV. Pour l’instant, tous les trains ne sont pas concernés. Nous avons en projet l’accessibilité de la gare des deux côtés et la rénovation de son parvis, ces travaux étant prévus pour 2019. Par ailleurs, le réseau de bus vient d’être renforcé, avec plus de lignes et plus de fréquentation. Pour l’accessibilité au centre-ville, nous travaillons à la mise en place de nouveaux parkings.
De plus, nous avons mis en place "le stationnement 20 minutes", qui permet aux automobilistes de se garer gratuitement le temps de venir chercher leurs achats.  La voiture n’est pas bannie du centre-ville. Plusieurs moyens de transport coexistent : voiture, vélo, train et bus…
Un certain nombre de ces mesures ont été actées avec l’association de commerçants, le City Club.





 

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises