Cession Commerce

Bernard Morvan , président de la Fédération nationale de l'habillement (FNH)

Par Sophie Mensior - Le 16 / 06 / 2014

La Fédération nationale de l’habillement vient de rédiger un « plan Marshall » pour le commerce indépendant de centre-ville. Bernard Morvan, son président, qui porte ce projet, nous en explique les grandes lignes.

Bernard Morvan , président de la Fédération nationale de l'habillement (FNH)

« Dans moins de cinq ans, les commerces auront disparu des centres-villes, si l'on ne prend pas de mesures rapidement »

Vous venez de lancer « un plan Marshall » pour le commerce indépendant de centre-ville. Quel est son objectif ?
Depuis le mois de février, je porte ce projet de la FNH, qui vise à redonner au centre-ville tous les moyens nécessaires à sa pérennité. Nous sommes dans une situation d’urgence, qui ne s’améliore pas. La consommation de vêtements est dans sa sixième année de baisse consécutive. Ce secteur n’est pas dans les arbitrages de consommation.
Je commande un rapport de branche tous les ans et nous constatons que depuis 2009, en fonction de la taille des villes, il se produit une baisse de l’activité salariée dans le centre-ville. Ce sont dans les communes plutôt moyennes et petites qu’il y a le plus d’emplois perdus.
Notre plan Marshall est organisé autour de l’emploi. Il concerne l’ensemble des commerces et pas seulement l’habillement.

A qui vous adressez-vous ?
Nous nous adressons  aux commerçants eux-mêmes dans les 14 premières mesures proposées : ils doivent se prendre en main et faire preuve d’adaptation. Nous adressons aussi aux élus et nous tirons la sonnette d’alarme : la prolifération des m² en périphérie entraîne des destructions d’emploi. Mais également aux pouvoirs publics. Notre objectif est de les sensibiliser. Cette démarche est en cours : nous sommes allés à l’Elysée, à Matignon, à l’Assemblée Nationale. Si nous avons beaucoup de difficultés à faire émerger ce sujet, nous recevons néanmoins le concours des maires nouvellement élus.
Nous sommes partis beaucoup trop loin dans le déséquilibre des m² en centre-ville et en périphérie. Dans cette zone, le nombre de m² (surfaces autorisées) a augmenté de 3 % en 2013, or la consommation n’a cru que de 1 % pendant cette période. Par ailleurs, une fiscalité adaptée aux TPE est au centre de nos préoccupations. Le plan Marshall évoque tous ces sujets, sauf le RSI.
Si l’on ne fait rien, dans moins de 5 ans, les commerces auront disparu des centres-villes.
 
Quel accueil recevez-vous ?
La situation va évoluer : les conseillers de l’Elysée ont donné des consignes pour que je sois entendu dans les ministères. Une série de réunions est d’ailleurs prévue avec celui du commerce. Un député veut écrire un rapport parlementaire sur le sujet, nous allons lui présenter la situation car il faut des mesures d’urgence rapides. Nous espérons donc l’émergence d’une proposition de loi  pour compléter la loi Pinel.
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises