Cession Commerce

Christiane Company, présidente de la la FCGA (Fédération des centres de gestion agréés)

Par Sophie Mensior - Le 11 / 05 / 2009

Si les petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services ont plutôt bien terminé l’année 2008, leur activité est en baisse depuis le début de l’année. Christiane Company, présidente de la FCGA (Fédération des centres de gestion agréés) fait le point.

Christiane Company, présidente de la la FCGA (Fédération des centres de gestion agréés)

« En situation de crise, les petites entreprises peuvent réagir plus rapidement »

Comment évolue l’activité des petites entreprises au 1er trimestre 2009 ?
La crise a mis du temps à arriver mais elle les a rattrapées en ce début d’année. De façon globale, le recul est de -4,2 %. Par exemple, les entreprises du bâtiment, qui avaient terminé l’année 2008 à +8,7 % sont aujourd’hui à -4,1 %. Le carnet de commandes s’est vidé. Avec des disparités à l’intérieur de ce secteur : le pic record est de -27,6 % pour les carrelages et faïences, la maçonnerie : -7,7 %, les travaux publics (-10, 2%). Mais les plombiers chauffagistes sont à + 4 %.
Le commerce de détail alimentaires est à -3,8 %, avec un flop pour la pâtisserie (-16,9 %).

Quelles sont les raisons de cette situation ?
Les consommateurs ont réduit leurs dépenses dans tout ce qui est considéré comme superficiel, car ils n’avaient pas confiance. Dans le secteur esthétique/beauté, c’est la parfumerie qui a perdu le plus de points. Il y a cependant des paradoxes : le domaine loisirs/culture a augmenté de +1,5 % au premier trimestre 2009.
Au niveau des services, nous sommes à -8,7 %, avec une chute pour les agences immobilières de -28,2 %. En revanche, les entreprises de nettoyage sont à +4,8 %.

Le contexte économique est-il en train de changer ?
Depuis le mois d’avril, on constate les prémisses d’un frémissement, l’activité a l’air de redémarrer. Du coup, les petites entreprises (moins de 5 salariés) reprennent le moral. Elles peuvent réagir plus rapidement. L’entrepreneur peut réduire son train de vie et il existe un réseau informel, d’entraide entre elles.

Quels conseils donner aux entreprises en difficultés ?
Il ne faut pas rester isolé, il faut se faire connaître auprès des experts-comptables et ne pas hésiter à se rendre au tribunal de commerce. Car il y a un certain nombre de solutions au niveau fiscal et social (allègement de charges, étalement des paiements…), encore faut-il les connaître et se faire connaître.
Les « accompagnés » s’en sortent beaucoup mieux que ceux qui partent tous seuls.


 

Consultez également notre dossier 2011 sur les commerces qui réussissent en temps de crise

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises