Cession Commerce

Christine Balmont, présidente de l'Association françaises des laveries (AFL)

Par Sophie Mensior - Le 16 / 09 / 2013
Suivre sur Twitter

Que faut-il savoir lorsque l’on désire reprendre une laverie libre-service ? Christine Balmont, présidente de l’AFL (Association française des laveries) et propriétaire de 6 laveries à Avignon et ses environs, nous présente les caractéristiques de ce métier.

Il faut posséder au moins deux laveries pour en vivre

« Il faut posséder au moins deux laveries pour en vivre  »

Y a-t-il beaucoup de laveries à reprendre sur le marché ?
Oui, un certain nombre sont à vendre depuis le décret de 2012, qui impose de nouvelles normes de sécurité pour le matériel,  désormais  les machines à laver doivent être pourvues d’une double  sécurité de verrouillage. Du coup, certaines machines ne sont plus aux normes.
 Si l’acheteur n’est pas au courant de ces dispositions, il se retrouve avec une laverie, dans laquelle le matériel n’est pas conforme.
Des perspectives d’évolution existent  avec la modernisation des laveries vieillissantes.

Quels critères faut-il prendre en compte lors d’une reprise ?
Comme on vient de le voir, l’état général du matériel, mais aussi l’emplacement. Il est conseillé d’avoir la possibilité de stationner  à proximité, sauf à Paris où les gens viennent à pied.
Il faut regarder également le chiffre d’affaires, une laverie qui tourne correctement réalise environ  35 000 euros de chiffre d’affaires par an en moyenne. En dessous de 20 000 €, elle vivote, les frais sont à peine couverts. Mais cela dépend des cas de figure. A Avignon, nous avons repris une laverie, qui faisait peu de chiffre d’affaires, nous avons effectué des travaux dedans, et elle a pu doubler son CA. Il faut savoir qu’une laverie se vend l’équivalent d’un an de chiffre d’affaires.
 
A quels postes faut-il faire attention ?
Les postes les plus importants sont l’eau et l’énergie (électricité et gaz), ils représentent  entre 10 et 15 % du chiffre d’affaires. Mais attention le prix du m3 d’eau peut varier selon les villes. A Avignon, il est à 4,50 euros, dans certaines villes à 2,50. Quand on achète une laverie, il faut bien se renseigner, demander les bilans ainsi que les factures d’eau et d’énergie. Attention aussi, certaines laveries englobent du repassage dans leur bilan. Si l’on arrête cette activité, cela ne sera plus pareil…

Que faut-il savoir pour exercer ce métier ?
Si l’on désire vivre de cette activité, une seule laverie ne suffira pas, cela va représenter un complément de salaire. Si l’on veut en vivre, il faut en posséder au moins deux et proposer d’autres services (repassage…). Autre conseil : il faut être bricoleur et savoir manier le tournevis. Car si on appelle un technicien à chaque fois qu’il y a un petit problème, cela risque de coûter très cher. En fait, c’est un métier prenant car les laveries sont ouvertes 7 jours sur  7 !

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises