Cession Commerce

Christine Tartenson, directrice Foodservice chez NPD Group

Par Sophie Mensior - Le 15 / 02 / 2010
Suivre sur Twitter

La société d’études marketing NPD Group vient de communiquer le bilan 2009 de la restauration commerciale en France. Christine Tartenson, directrice Foodservice, commente les principaux résultats de cette enquête, réalisée sous la forme d’un panel permanent.

En 2009, la restauration rapide a mieux résisté que celle à table

« En 2009, la restauration rapide a mieux résisté que celle à table »

Quels sont les principaux enseignements de ce bilan 2009 ?
Nous constatons une baisse de la fréquentation, qui est liée à la crise et qui a touché tous les segments. La restauration à table (cafés, bars, brasseries, restauration à thème et non thématique) est la plus impactée avec un recul de -4, 2 %. La crise a touché aussi la restauration rapide, beaucoup moins dynamique qu’en 2008, mais de façon moindre, avec un recul de -0,1 %. Elle a résisté. S’il y a un effet de crise, il y a aussi des mutations qui ont lieu sur ce marché, et qui sont antérieures.

La restauration rapide tire-t-elle son épingle du jeu ?
Aujourd’hui 7 visites sur 10 ont lieu en restauration rapide. En fait chaque personne mixe ses comportements et ses visites. Cette situation ne date pas de 2009, elle se renforce d’année en année. D’autant que l’offre de restauration rapide se renouvelle régulièrement, et qu’aujourd’hui elle est large et variée. Pour les consommateurs, elle offre des réponses à un prix plus accessible, avec différents modes de service.

Quel est le comportement des consommateurs ?
En restauration traditionnelle, il y a baisse du plateau moyen. En revanche, en restauration rapide, il est plutôt en hausse. Quant à la dépense moyenne par personne, elle a légèrement diminué pour atteindre 6,43 euros. Pour la restauration à table, on est plutôt autour de 12 euros, par personne et par visite.

Comment faire revenir les gens au restaurant ?
Nous interrogeons aussi les Français sur leurs raisons d’y aller. Ils apprécient les offres commerciales, les promotions, les formules. Mais ils recherchent aussi une qualité au niveau des produits. Il ne faut pas oublier non plus de prendre soin des clients réguliers, cela dépendra des relations que le restaurateur a instaurées avec eux. Le challenge est de faire revenir ceux qui étaient partis, c’est le plus dur.
Ce qui marche : avoir une carte où figurent plusieurs menus, proposer des offres commerciales et reconnaître les clients existants.

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises