Cession Commerce

Didier Chenet, président du Synhorcat, syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs

Par Sophie Mensior - Le 16 / 03 / 2009
Suivre sur Twitter

Le conseil des ministres européens des Finances vient de donner enfin son accord pour un taux de TVA réduit dans la restauration. Didier Chenet, président du Synhorcat, commente cette mesure, réclamée depuis plusieurs années par les professionnels du secteur.

Nous pouvons prendre des engagements si nous obtenons un taux de TVA de 5,5 %

« Nous pouvons prendre des engagements si nous obtenons un taux de TVA de 5,5 % »

Quelle est votre réaction à l’annonce de la réduction du taux de TVA ?
Tout d’abord, nous nous réjouissons, et nous saluons l’engagement du président de la République dans ce dossier. Maintenant le travail ne fait que commencer. Les Etats Généraux de la restauration, que notre syndicat avait souhaités, auront bien lieu avec les différentes organisations professionnelles du secteur.

En contrepartie de cette baisse, qu’allez-vous proposer ?
Nous souscrivons totalement à la politique du « donnant-donnant » du président de la République. Nous devons travailler sur 3 axes : les investissements, les conditions d’emploi des salariés (conditions de travail, organisation et salaires…) et les prix à l’attention de la clientèle. Tout va dépendre du taux qui sera retenu, s’il est de 12 ou de 10 %, on ne pourra rien faire. Nous pouvons nous engager, si nous obtenons un taux à 5,5 %. Pour preuve : en 2007, quand le secteur a bénéficié des allégements Sarkozy, ce sont 23 500 emplois qui ont été créés.

Justement ces aides doivent être supprimées ?
Ces aides, d’un montant de 800 millions d’euros, seront bien supprimées. Ce qui représente un coût pour l’Etat de 2,2 milliards d’euros. Mais cette mesure va relancer la machine économique.

Combien d’emplois estimez-vous pouvoir créer ?
Je n’en sais rien, car nous sommes dans une situation de crise économique. D’autant que ce sont les entreprises qui créent les emplois et non les syndicats.

Quel type d’entreprises représente le Synhorcat ?
Nous représentons 80 % des entreprises syndiquées en Ile de France, qui constituent 50 % du métier. Ce sont des entreprises indépendantes, plutôt de taille moyenne. Par exemple, l’hôtellerie de luxe est chez nous. De son côté l’Umih (union des métiers et des industries de l’hôtellerie) représente plutôt les PME.



< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises