Cession Commerce

Didier Huré, délégué général du Conseil National des Professions du Cycle (CNPC)

Par Sophie Mensior - Le 10 / 04 / 2009

En 2008, le marché du cycle a bien résisté. Didier Huré, délégué général du Conseil national des professions du cycle (CNPC) nous explique les principales tendances de ce marché.

Didier Huré, délégué général du Conseil National des Professions du Cycle (CNPC)

« Sur le marché du cycle, les spécialistes indépendants sont leaders en termes de chiffre d'affaires »

Comment s’est porté le marché du cycle en 2008 ?
En termes de chiffre d’affaires, le marché est d’un niveau identique à celui de 2007. L’année s’est passée en deux temps : un premier semestre en croissance avec des ventes en hausse de 2,5 %, sachant que ce marché est très saisonnier et qu’une part importante des ventes est réalisée entre mars et juin. Comme dans les autres secteurs, il y a eu recul de l’activité dans la deuxième partie de l’année.

Le marché peut-il encore croître ?
Avec 3,4 millions d’unités vendus l’année dernière, le produit va continuer sa croissance engagée depuis ces 10 dernières années. Aujourd’hui, avec l’essor des vélos en libre service dans les grandes villes, c’est un produit contemporain, dans l’air du temps. De plus, de nouveaux produits apparaissent, tels que le vélo à assistance électrique.

Quelles sont les performances des circuits de distribution ?
En termes de volume, ce sont les grandes surfaces multisports (Décathlon, Go Sport, Intersport…), qui confortent leur position de premier distributeur, avec plus de 50 % des ventes. En revanche, en termes de chiffre d’affaires, ce sont les spécialistes indépendants, qui confirment leur place de leader, avec 53,3 % du chiffre d’affaire global. Les grandes surfaces alimentaires poursuivent leur recul.

Qui regroupez-vous sous le terme spécialiste indépendant ?
Ce sont les véritables indépendants et les chaînes de magasins, telles Véloland, Culture Vélo, Bouticycle….Ces deux catégories sont leaders en chiffre d’affaires car elles vendent des produits plus haut de gamme (vélos de course…), donc avec des prix moyens plus élevés. Elles apportent un conseil et un service.

Vos perspectives pour 2009 ?
Le début de l’année a été assez difficile, mais il faut dire que l’hiver a été particulièrement rigoureux. Nous referons le point au mois de juin, car la grosse partie des ventes s’effectue maintenant.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises