Cession Commerce

Emmanuel Vidal, expert-comptable, cabinet Strego

Par Sophie Mensior - Le 03 / 01 / 2011

Quels sont les commerces qui marchent aujourd’hui, dans un contexte économique difficile ? Emmanuel Vidal, expert-comptable au sein du cabinet Strego, fait le point sur les secteurs qui tirent leur épingle du jeu.

Emmanuel Vidal, expert-comptable, cabinet Strego

« Après la phase de lancement, les commerçants doivent penser à réinvestir »

D’après votre expérience professionnelle, quels sont les commerces qui réussissent actuellement ?
En fait, ce sont plutôt les valeurs sûres comme le commerce de détail alimentaire de proximité (boulangeries…). Ce que je constate dans mon département, en Charente-Maritime, c’est le retour aux commerces et services de proximité. On voit des personnes qui viennent s’installer dans des petites villes et villages pour relancer des commerces qui étaient fermés.
Ce qui fonctionne bien également, c’est l’équipement de la maison (électroménager, TV, Hi-fi). Mais aussi tout ce qui est annexe de la santé, -opticiens, audioprothésistes-, même si la concurrence s’est accrue. Et dans notre région, l’hôtellerie de plein air.

Qu’en est-il de la restauration ?
La restauration traditionnelle est en baisse, les clients recherchent de l’originalité, une cuisine à thème. Elle a pu tirer son épingle du jeu grâce à la TVA à 5,5 %, ce qui est complètement artificiel. Le ticket moyen a baissé, la fréquentation a baissé, nos restaurateurs ont souffert.

Quelles stratégies les commerçants peuvent-ils mettre en place dans un contexte économique difficile ?
Tout d’abord la différenciation, il faut se démarquer de la concurrence, ce qui est coûteux. Et ce, régulièrement car les clients sont très attentifs aux changements, ils viennent aussi pour cela. Deuxième axe : la spécialisation, il faut travailler sur des niches et trouver des synergies entre commerçants. Troisième point : le renforcement des services, c’est à dire apporter de la valeur ajoutée supplémentaire.

A votre avis, quels sont les fondamentaux à connaître ?
L’emplacement arrive en première position, bien que pour certains produits et services, cela ne présente pas d’intérêt. Deuxièmement, le prix. Il ne faut pas oublier non plus les stratégies de développement car c’est important de se projeter dans le futur. Après la phase de lancement, il fait penser à réinvestir sinon l’affaire stagne ou décline.


Consultez également notre dossier de 2011 sur les commerces qui réussissent en temps de crise

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises