Cession Commerce

Eric Fayette , expert comptable associé In Extenso

Par Sophie MENSIOR - Le 30 / 04 / 2018
Suivre sur Twitter

Quelles sont les spécificités du commerce saisonnier ? Eric Fayette, expert-comptable associé In Extenso, basé sur la Côte Atlantique dans le Sud-Ouest, livre conseils et recettes pour réussir dans cette activité.

Dans le commerce saisonnier, il faut être très rigoureux au niveau de sa trésorerie

« Dans le commerce saisonnier, il faut être très rigoureux au niveau de sa trésorerie  »

Que faut-il savoir lorsque l’on veut se lancer dans le commerce saisonnier ?
Il faut d’abord analyser la situation géographique, l’endroit où l’on veut s’implanter. Il faut regarder où va être situé le local,  quelle est la concurrence autour. Puis déterminer les produits que l’on va vendre. Et voir si la clientèle a la capacité de les acheter.
Un point s’avère beaucoup plus sensible : le choix du personnel. Il faut le fidéliser pour qu’il revienne chaque année, et pouvoir le loger. Les frais d’hébergement vont être pris en compte, ce qui demande des moyens financiers. C’est le cas dans la restauration, où il peut y avoir jusqu’à 20 salariés, il faut donc avoir de la trésorerie. En ce qui concerne les embauches, il y a des périodes hautes (juillet-août) et des périodes basses. Sachant que la saison estivale  démarre généralement en avril avec les vacances de Pâques pour se poursuivre jusqu’en octobre, avec les vacances de la Toussaint.
Autre point à savoir : c’est une activité où l’on travaille 7 jours sur 7, au moins pendant 2 mois,-juillet et août-, avec un grand nombre d’heures. Il faut être capable de supporter ce rythme.
Par ailleurs, la météo a son importance. Si le beau temps n’est pas au rendez-vous,  les clients peuvent repartir pour aller ailleurs.
 

Peut-on en vivre à l’année ?
Lorsque l’activité est bien gérée, les saisonniers arrivent à en vivre toute l’année. Mais cela devient de plus en plus difficile, notamment pour les petites affaires. Les anciennes générations y arrivent, les nouvelles beaucoup moins. Les anciens savent gérer le stress, font des réserves pendant les bonnes années pour les mauvaises… Pour réussir,  il convient de bien choisir son activité, se démarquer par rapport à la concurrence et trouver un bon emplacement. Et bien évidemment, soigner l’accueil du client.
Certains commerçants reviennent tous les ans, au même endroit, avec la même activité, les mêmes clients…
Il existe d’autres cas de figure : certains tiennent un restaurant l’été, et sont par exemple professeurs de ski l’hiver. Il est très difficile d’avoir une activité de restauration l’été et l’hiver, car c’est très intense, dans ce cas il n’y a pas de coupure.

Quelles sont les qualités requises ?
Il faut avoir une forte capacité d’adaptation, sinon on court à l’échec. Il est impératif de mettre en place un budget prévisionnel, bien gérer son stock de départ et ses achats. C’est très important pour un commerçant saisonnier, car il ne pourra pas se rattraper en dehors de la saison.
Il faut surtout avoir une grande rigueur au niveau de sa trésorerie, car toutes les charges arrivent après, entre les deux saisons. Elle doit être significative  pour démarrer son activité et suffisante en cas d’imprévu. Attention aussi aux prix des loyers, qui sont souvent chers. Selon les propriétaires, ils peuvent être payables d’avance. C’est pourquoi  la trésorerie de départ doit être importante.
Le commerçant doit avoir bien conscience du métier et ses difficultés, car tout se joue sur une très courte période.
Dans tous mes clients, ceux qui ont le mieux réussi sont ceux qui sont les plus rigoureux en termes et administratifs et de gestion. Certains gagnent mieux leur vie que ceux installés toute l’année.

Y at-il des modes et tendances dans ces commerces ?
Je suis basé sur la Côte Atlantique dans le Sud-ouest avec des bureaux à Saint-Vincent de Thyrosse, entre Capbreton et Hossegor, et à Bayonne.  Les commerces saisonniers de cette région sont des glaciers, crêperies, restaurants, sandwicheries, du prêt-à-porter, généralement tourné vers le surf, avec de gammes différentes selon les endroits. La tendance que l’on voit émerger, c’est la location de vélos électriques.



 

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises