Cession Commerce

Fabrice Lenglart, chef du département des comptes nationaux de l'Insee

Par Sophie Mensior - Le 28 / 09 / 2009
Suivre sur Twitter

L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) vient de publier « Cinquante ans de consommation en France ». Fabrice Lenglart, chef du département des comptes nationaux », présente les données majeures de cet ouvrage.

La consommation des Français a triplé en 50 ans. Mais le logement et les services l'emportent devant l'alimentaire et l'habillement.

« La consommation des Français a triplé en 50 ans. Mais le logement et les services l'emportent devant l'alimentaire et l'habillement. »

Comment a évolué la consommation au cours des cinquante dernières années ?
Elle a triplé et progressé, depuis 1960. C’est en dire qu’elle a cru, en volume, tous les ans, à une exception près, en 1993, année marquée par la récession.

Pour 2009, quelles sont les prévisions de l’Insee ?

Au vu des premiers éléments du début de l’année, il n’y aura pas de recul de la consommation mais on sera plutôt proche de la stagnation.

Comment expliquer cette croissance continue de la consommation ?
Ce n’est pas si étonnant que cela sur une longue période. Le Produit intérieur brut a augmenté, ce qui a entraîné une croissance du niveau de vie. Ce chiffre de triplement n’est pas un scoop mais l’intérêt de l’ouvrage, que nous publions, est de présenter un panorama historique de la consommation, des éléments de comparaison internationale et un éclairage sur la diversité des comportements.

Quels en sont les principaux enseignements ?
La part de l’alimentation et de l’habillement est en baisse au profit des services et du logement. Au sein du budget de consommation, celle prise par les services dépasse 50 % alors qu’elle n’était que de 30 % il y a 50 ans. Ce qui ne signifie pas que l’alimentation a baissé en volume, bien au contraire elle a été multipliée par 1,5. Mais selon les ménages, on observe des différences de consommation. La part du budget de l’alimentation est le marqueur du niveau de vie d’un ménage.
Par ordre d’importance, les principaux postes sont le logement, l’alimentation et les transports. Dans les années 60, c’est l’alimentation qui arrivait en tête.

Et par rapport à nos voisins européens ?

Nous constatons un phénomène de convergence, car il y a eu rattrapage en termes de niveau de vie. Cet effet est lié au libre échange des technologies et des services. Ensuite, nous constatons des différences d’ordre culturel. Par exemple, en Italie la part des dépenses consacrées à l’habillement sera sensiblement supérieure à celle de la France.

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises