Cession Commerce

Geneviève Bécoulet, manager de centre-ville, coordinatrice de l’économie locale de la ville de Sceaux

Par Sophie Mensior - Le 29 / 03 / 2013
Suivre sur Twitter

La ville de Sceaux affiche une volonté de protéger son commerce et son artisanat. Geneviève Becoulet, manager de centre-ville et coordinatrice de l'économie locale nous explique quelles actions ont été engagées dans ce sens.

Des initiatives vont surgir pour aider le commerce de proximité sur Internet

« Des initiatives vont surgir pour aider le commerce de proximité sur Internet »

Quelles sont vos missions ?
J’occupe cette fonction de manager de centre-ville depuis 2003, c’est un travail de longue haleine.  Nous voulons conforter l’offre commerciale de Sceaux, nous cherchons à préserver les indépendants. Dans cette optique, nous travaillons avec l’Union des commerçants et artisans de la ville. Nous sommes à l’écoute, et nous exploitons toutes les informations pour préserver ce type de commerce. Le maire a une réelle volonté politique de protéger son commerce et son artisanat.

Comment se présente le paysage commercial de la ville ?
Nous avons une offre alimentaire, forte, qualitative, avec du choix et de la concurrence. C’est valable également pour l’équipement de la personne. Nous avons moins de cordonniers et certains pressings disparaissent. Pour les activités de restauration, il faut également du choix et de la concurrence, cela fait partie des éléments que nous cherchons à développer.
Notre centre-ville est ancien, les espaces commerciaux ne sont pas toujours adaptés en termes de taille, d’accessibilité. Ce n’est pas toujours facile de le faire évoluer.
 
Quel type d’actions avez-vous mis en place ?
Nous avons eu un Fisac, qui a été un élément dynamisant et qui a permis la rénovation des vitrines. Il est aujourd’hui en perte de vitesse. Dans le même temps, la ville a procédé à la réfection de certains bâtiments, ce qui donne envie aux gens de s’y promener. Par exemple, la ville était propriétaire d’un local le long de la Coulée Verte, qui servait de salle de réunion. Nous voulions qu’il soit utilisé par un commerce indépendant et nous avons trouvé une enseigne de loisirs créatifs, qui a réalisé une très bonne première année. C’est devenu un lieu de promenade, à 5 minutes à pied du centre-ville. Une crêperie s’est installée juste à côté.
 
Que pensez-vous du droit de préemption des baux commerciaux offert aux communes ?
Nous l’avons mis en place très tôt mais nous ne l’avons jamais utilisé. C’est outil de lisibilité de ce qui se passe sur le territoire. Nous l’avons instauré pour protéger les indépendants, car les meilleurs emplacements ont été pris d’assaut par les banques, qui se sont toutes mises les unes à côtés des autres, et les agences immobilières.
 
Comment évoluent les loyers dans votre ville ?
Nous constatons de grandes disparités. Il y a encore des loyers qui restent raisonnables et qui sont renouvelés de façon raisonnable. Nous arrivons à discuter avec certains bailleurs, nous les convainquons de ne pas augmenter les loyers.
En revanche, d’autres propriétaires sont là uniquement pour spéculer. Par exemple, nous avions un commerçant indépendant spécialisé dans l’art de la cuisine situé en n°1 bis (tout près de la rue piétonne), il a tenu son commerce à bout de bras pendant un certain nombre d’années. Son loyer a été déplafonné, il est parti à la retraite sans pouvoir vendre son fonds, son local est vacant. Nous savons que personne ne pourra le reprendre.
 
A quelles difficultés sont confrontés les commerçants ?
Certains signent des baux commerciaux sans en comprendre les enjeux. Pour ceux qui ne sont pas avertis, c’est une surprise quand ils voient leur loyer augmenter.
Autre constat : le e-commerce fait évoluer la donne. Un commerce indépendant a besoin de son emplacement, il ne doit pas faire la même chose sur Internet, il faut dissocier les deux.
Des initiatives vont surgir pour aider le commerce de proximité sur Internet. Il faut faire en sorte que le commerçant indépendant puisse bénéficier de sa part d’e-commerce. Par rapport à cela, certains sont très réactifs, pour d’autres cela demande des efforts particuliers. Nous sommes là pour les aider.
 

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises