Cession Commerce

Gérard Atlan, président du Conseil du Commerce de France

Par Sophie Mensior - Le 02 / 02 / 2009
Suivre sur Twitter

Le Conseil du Commerce de France vient d’organiser les Etats Généraux du Commerce. A cette occasion, son président Gérard Atlan, également bijoutier à Sceaux, présente son association professionnelle et les actions qu’il souhaite mener.

Toutes les formes de commerce ont les mêmes problématiques

« Toutes les formes de commerce ont les mêmes problématiques »

Quelles sont les missions du Conseil du Commerce de France ?
Il représente l’ensemble des fédérations du commerce, qu’il s’agisse de commerçants indépendants, de grandes enseignes, de commerce succursaliste, de vente à distance…L’originalité et la difficulté de notre mission est de concilier des intérêts divergents. Nous ne sommes pas une confédération mais plutôt un comité de liaison. Nous avons des échanges constructifs sur des thèmes transversaux, sur lesquels nous arrivons à dégager des consensus (soldes, ouverture le dimanche).

Les  Etats Généraux du Commerce viennent de se dérouler, quel bilan en tirez-vous  ?
C’est la première fois depuis 10 ans, que nous organisons ce type de manifestation. Nous avons un déficit d’image, que nous souhaitons combler. Nous en tirons un bilan satisfaisant, et envisageons de nouvelles éditions.

A quels problèmes sont confrontés les commerçants ?

Le commerçant de proximité doit être un vrai commerçant, il doit apporter de la valeur, du conseil. Je ne crois pas à la fatalité des grandes surfaces, qui vont écraser le commerce de proximité. Les centres villes qui sont dynamiques peuvent résister aux centres commerciaux.
Aujourd’hui, le consommateur est devenu adulte : il change d’établissement en fonction de ses besoins. En fait, toutes les formes de commerce ont les mêmes problématiques : avoir au bon moment le produit au prix que le consommateur souhaite mettre, puis le fidéliser. 

Quel est votre avis sur les réformes à venir en matière d’urbanisme commercial ?
Pour l’instant, nous n’avons pas adopté de position officielle. D’autant que rien n’est fait, il n’y a pas encore eu de débat parlementaire. Mais il faudra que les mesures prises soit le reflet d’un certain équilibre.

Vos prochaines actions ?
Je propose de lancer une campagne de communication pour valoriser le métier de commerçant, notamment auprès des jeunes.

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises