Cession Commerce

Jean-Claude Ermenault, directeur des métiers de l’économie numérique au Cefac

Par Sophie Mensior - Le 30 / 06 / 2011

Jean-Claude Ermenault, directeur des métiers de l’économie numérique au Cefac, donne quelques conseils aux commerçants souhaitant se lancer sur Internet.

Jean-Claude Ermenault, directeur des métiers de l’économie numérique au Cefac

« Il faut avoir à l’esprit la notion de niche, de créneau, de secteur particulier »

Est-il indispensable pour les commerçants d’avoir une présence sur Internet ?
Aujourd’hui, c’est essentiel y compris pour les petites entreprises. Le minimum pour un commerçant est d’avoir un site vitrine, qui lui permet de faire connaître son savoir-faire.Cela doit rester une offre de proximité.

Les coûts ne sont-ils pas prohibitifs ?
Ils ont beaucoup baissé. Auparavant, il fallait obligatoirement passer par un prestataire. Aujourd’hui, il existe un grand nombre de solutions plus légères, en mode ASP. Les commerçants ont le droit à l’essai. On peut trouver sur le marché ce type de solutions  pour 15 euros par mois. Le principe : le commerçant construit le site à partir de chez lui en prenant un abonnement, il adopte des modèles déjà construits.
Il ne doit  pas nécessairement se lancer tout de suite dans la vente à distance, mais avoir d’abord une démarche pour se faire connaître.

Et s’ils n’osent pas se lancer seuls ?
Ils peuvent avoir une approche collective à travers un site d’union locale de commerçants et artisans. Dans ce cas, le collectif n’exclut pas l’individuel, car il peut y avoir un lien qui renvoie vers le site individuel.
 
Quels sont les conseils pour bien démarrer ?
Dans les démarches de construction du site, il faut déterminer ce que l’on veut montrer. Par exemple, un magasin de chaussures n’y mettra pas l’ensemble de ses produits, il devra se différencier des gros opérateurs, en montrant une catégorie de modèles. Il faut avoir à l’esprit la notion de niche, de créneau, de secteur particulier. Il faut penser aussi à la notion de fichier client, qui est liée. Celui-ci doit se composer au minimum de l’adresse mail des clients. On peut commencer par une bonne campagne d’e-mailing ciblée, avec un fichier client bien renseigné. Dans un deuxième temps, on peut dépasser l’e-mailing et travailler avec une petite newsletter.
 
Quelles spécificités doit-il mettre en avant ?
Le commerçant évolue dans une zone de chalandise déterminée, c’est à dire qu’il travaille avec des clients identifiés avec lesquels il a une relation personnalisée. Il doit mettre l’adresse de son site sur les pages de l’annuaire, sur ses emballages, sa vitrine, sa camionnette…La vraie raison du site vitrine est de faire venir le client dans le magasin.
La force de l’entreprise de proximité, c’est qu’elle a quelque chose d’autre à dire que les grands opérateurs. Par exemple, j’ai connu un boucher, situé à proximité d’une grande ville (Toulouse), qui avait un site de 3,4 pages, où il montrait ses produits. Il a communiqué avec tout son village pour dire aux habitants, qu’ils pouvaient passer chez lui en rentrant de leur travail, pour prendre leur commande. C’est une relation d’une qualité différente de ce que peut apporter une grande surface. Il faut garder cette notion de proximité.
 
Que pensez-vous des blogs ?
C’est une première étape avant de se lancer sur un site. Le blog permet la diffusion d’informations intéressantes pour les clients. Par exemple, une crêperie à Saint-Paul de Léon a mis des vidéos dans son blog : le patron a filmé sa femme en en train de faire de la pâte  à crêpes. Cela fait venir les clients chez lui. Il faut rester dans son univers de proximité.
Mais il faut mettre le blog à jour, ce qui prend du temps (environ un quart d’heure par jour). Il ne faut pas être trop ambitieux au départ, et le faire à sa mesure.
 
Votre recommandation pour ceux qui évoluent sur le Web ?
Attention à ne pas bricoler, Internet est désormais un outil professionnel. Les réseaux d’appuis aux entreprises (chambres de commerce, chambres des métiers) sont là pour aider les commerçants et artisans.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises