Cession Commerce

Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial

Par Sophie Mensior - Le 30 / 05 / 2011

Fiducial vient de publier la 42ème vague de son baromètre des TPE, réalisé par L’IFOP. Jean-Marc Jaumouillé, le directeur des techniques professionnelles du groupe d’expertise-comptable nous décrypte les grandes lignes de cette dernière vague.

Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de  Fiducial

« L'embellie profite surtout aux TPE de plus de 10 salariés »

Quels sont les principaux enseignements de la dernière vague de votre baromètre ?
Globalement, on note un regain d’optimisme chez  les TPE (Très petites entreprises), du au fait que leur activité progresse et que leur situation financière s’améliore. Elles veulent investir, elles n’avaient jamais fait autant de demande de financement depuis le début de la crise. Mais 3 demandes de prêts sur 10 sont encore refusées. L’accès au crédit reste compliqué, les banques doivent accompagner la reprise et en être le moteur.
Quant à l’emploi, il était plutôt bon au 4èmetrimestre 2010, les TPE avaient du anticiper une reprise d’activité. Mais au 1ertrimestre 2011, elles n’ont pas embauché. Les créations ont compensé les suppressions d'emploi. 

A qui a profité cette embellie ?
De façon générale, on constate  une embellie, qui demandera à être confirmée. Ce surtout les TPE de plus de 10 salariés, qui en ont bénéficié, elles ont embauché massivement. Ce sont celles qui ont fait le plus d’effort de réorganisation pendant la crise. Mécaniquement, elles en tirent les premiers bénéfices.
 
Comment est perçue la réforme fiscale prévue par le gouvernement ?
Les chefs d’entreprise en attendaient beaucoup plus. Ils souhaitaient une réforme beaucoup plus large, plus en profondeur  et plus équitable, avec notamment un rééquilibrage entre la fiscalité du patrimoine et celle du travail.
Ils ne croient pas à une baisse des impôts et pensent que ceux-ci vont augmenter après l’élection présidentielle.
 
Quelles sont les perspectives  des TPE ?
Elles attendent que la reprise d’activité se confirme mais rien n’est moins sûr. Un point de croissance en 2010, c’est tant mieux, certaines d’entre elles en ont bénéficié. Mais elles ne font pas de projections car elles manquent de visibilité. Il faudra plusieurs trimestres avant de confirmer que cela va mieux.
Les seules entreprises qui résisteront à la crise, ce sont les petites, car elles ne sont pas sujettes à la mondialisation. Mais elles viennent de passer deux ans très difficiles.
 
 
  

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises