Cession Commerce

Jean-Yves Pineau, Directeur du Collectif Ville Campagne

Par Jean Couderc - Le 29 / 10 / 2007

Directeur du Collectif Ville Campagne, Jean-Yves Pineau note une envie croissante des Français pour s’installer dans les territoires ruraux. Pour les y aider, un portail, installation-campagne.fr, vient d’être mis en ligne. Explications.

Jean-Yves Pineau, Directeur du Collectif Ville Campagne

« Les commerces fonctionnent bien dans les territoires éloignés grâce à l'arrivée de nouvelles populations. »

Qu’est-ce que le Collectif Ville Campagne ?
Le Collectif Ville Campagne est né de l’envie de faire se rapprocher deux mouvements : d’une part la volonté croissante d’individus souhaitant s’installer à la campagne, et d’autre part, des territoires constatant ou recherchant un apport de population nouvelle. Il s’est constitué en 1999 en association, afin de répondre à la demande et aux besoins croissants des "candidats à l’installation", des territoires et des pouvoirs publics.

Quel premier bilan dressez-vous après presque 10 ans d’existence ?
Ce mouvement migratoire représente une tendance lourde, confirmée par les derniers recensements. On assiste à une montée en puissance des territoires, de plus en plus nombreux à s’intéresser à la question puisque nous avons enregistré 25 % d’adhésions supplémentaires très récemment avec notamment l’arrivée de l’Auvergne, de la Basse-Normandie ou encore de la Franche-Comté.

Quels sont les profils des candidats ?
Ils ont, dans l’ensemble, entre 30 et 45 ans, sont plutôt en couple avec de jeunes enfants. Mais là aussi, on note un intérêt croissant d’un public plus jeune, de familles monoparentales. Le rajeunissement est assez sensible. Reste que l’envie résidentielle demeure la motivation majoritaire parmi les candidats à l’installation à la campagne.

Existe-t-il des opportunités dans le commerce, notamment dans la reprise ?
Bien sûr, même si l’on observe de grandes disparités. On s’aperçoit, par exemple, que la réouverture de commerces dans des territoires éloignés est une réussite car elle est liée à l’arrivée de nouvelles populations. Il est indéniable qu’une prise de conscience s’est opérée à propos de la problématique de la cession et de la reprise. Les territoires ont accompli un travail intéressant pour améliorer leur offre d’accompagnement au candidat à la reprise ou à la création d’activité. La mise en ligne du portail installation-campagne.fr va d’ailleurs dans ce sens.

A quoi va-t-il servir ?
L’objectif n° 1 est mettre à la disposition de toute personne désireuse de s’installer en milieu rural la méthode adéquate. Cela passe par des conseils mais aussi toutes sortes de renseignements, adresses de structures capables d’accompagner et de conseiller les porteurs de projets. Il s’agit également de promouvoir les territoires engagés dans l’accueil et de diffuser les informations et données relatives aux migrations entre ville et campagne.

Comment appréhendez-vous l’avenir ?
Je suis raisonnablement optimiste, car il me semble que l’on est en train de basculer vers la territorialisation et la localisation des activités, notamment des fonctions de production. Nous devons aussi composer avec des contraintes en termes d’environnement et de développement durable. Les territoires ruraux me paraissent être de véritables laboratoires expérimentaux sur les aspects sociaux et de développement économique avec pour l’instant des résultats assez satisfaisants.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises