Cession Commerce

Lyne Cohen-Solal, Adjointe au maire de Paris chargée du commerce et de l'artisanat

Par Jean Couderc - Le 13 / 11 / 2006

Adjointe au maire de Paris chargée du commerce et de l'artisanat, Lyne Cohen-Solal estime que l'intervention des municipalités est indispensable pour maintenir le commerce de proximité.

Lyne Cohen-Solal, Adjointe au maire de Paris chargée du commerce et de l'artisanat

« La diversité est indispensable car il n'y a pas de ville sans commerce »

Vous avez plaidé, lors des assises nationales du centre-ville, pour le droit de préemption des mairies. Pourquoi ?
Nous avons mis en place, à Paris, la Semaest, qui est chargée de lutter contre la mono-activité en préemptant des murs afin d'y installer des commerçants. Ils sont aujourd'hui une centaine à en avoir profité pour une surface totale de 15 000 m².

Le gouvernement devrait proposer un décret allant dans ce sens. Quel est votre sentiment ?
C'est une bonne idée mais il faut une volonté politique forte pour que cet outil soit efficace. Il faudrait que l'on puisse, en cas de nécessité ou d'intérêt général, préempter à un prix qui se situe en-deçà de la spéculation du marché. Les baux devraient être indexés sur un tarif moyen par les Domaines puisque ce sont déjà eux qui fixent le prix des murs.

Quitte à aller contre l'intérêt des commerçants qui pourraient vendre leurs fonds plus cher à une banque par exemple ?
Oui. Certains seraient furieux, mais la loi fait parfois des mécontents. Il faut du volontarisme politique pour ne pas défigurer nos centres-villes. J'estime, par ailleurs, que ce droit devrait être confié à des Sem (société d'économie mixte) et non à des mairies dont la mission n'est pas d'acheter des commerces avec l'argent du contribuable.

Comment appréhendez-vous l'avenir pour les indépendants ?
Les habitants sont très attachés à leurs commerces qu'ils considèrent un peu comme des "monuments historiques". Ils parlent souvent avec tendresse de "leur" coordonnerie ou de "leur" boulangerie. Il nous revient de veiller à maintenir cette diversité commerciale. De toute façon, on sait très bien qu'il n'y a pas de ville sans commerce.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises