Cession Commerce

Marcel Deruy, Ancien directeur Sud-Est Oseo BDPME et conseiller du président d'Oséo

Par Jean Couderc - Le 27 / 11 / 2006

Ancien directeur Sud-Est Oseo BDPME et conseiller du président d'Oséo, Marcel Deruy se réjouit de voir les projets de rachats de fonds de commerce mieux pris en compte par le PCE.

Marcel Deruy, Ancien directeur Sud-Est Oseo BDPME et conseiller du président d'Oséo

« 9000 repreneurs de commerces seront accompagnés en 2007 par Oséo »

Oséo vient d'annoncer une valorisation du prêt à la création d'entreprise. Quel en est l'objectif ?
Le PCE était jusqu'à présent essentiellement tourné vers la création pure, même si 1500 projets de transmission  de fonds de commerce ont été accompagnés en 2006. En supprimant le plafond d'éligibilité de 45 000 euros, nous envoyons un signal fort en direction des repreneurs.

Le PCE s'adresse donc dorénavant à tous ?
Oui, en théorie, mais dans les faits, on peut considérer qu'il n'a pas beaucoup d'intérêt pour les opérations dépassant 150 000 euros, voire même 100 000. Il faut bien comprendre que la mission du PCE est d'accompagner les projets délicats nécessitant peu de moyens. C'est un complément financier en plus du montant du prêt bancaire classique qu'Oséo garantit, par ailleurs.

Est-ce que sa dotation est suffisante pour être réellement efficace ?
16 000 PCE auront été mis en place en 2006. L'objectif pour 2007 est de doubler ce chiffre, 9000 projets de reprises de commerces étant d'ores et déjà programmés. En outre, le montant du financement bancaire n'est plus plafonné à 3 fois le montant du PCE.

Pensez-vous que cela va stimuler le marché de la reprise ?
L'objectif est de rendre plus cohérent le plan de financement global et de faciliter les petites opérations. Les projets en milieux ruraux sont particulièrement concernés.

www.pce.oseo.fr

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises