Cession Commerce

Pierre Jessel, Président de la Confédération des poissonniers de France

Par Jean Couderc - Le 02 / 10 / 2006

Président de la Confédération des poissonniers de France, Pierre Jessel donne son avis sur l'état de santé de la profession et nous livre ses secrets pour réussir sa reprise.

Pierre Jessel, Président de la Confédération des poissonniers de France

« Il faut préparer le poisson pour bien le vendre »

Les poissonniers sont-ils contents de leur sort ?
Après avoir perdu les 2/3 de ses établissements, la profession regagne des parts de marché depuis une dizaine d'années. On est même sur un solde positif de 3%. De nombreux poissonniers ont compris que nous étions rentrés dans une nouvelle ère et s'en sortent bien. Mais il faut avant tout ne pas se tromper sur les achats !

Qu'est ce qui a changé ?
Le consommateur est devenu tellement pointu que le poissonnier doit être irréprochable. Il se forme de plus en plus, y compris lorsqu'il est en exercice, pour répondre avec le plus de précision possible aux questions du client. C'est la principale différence: il faut aujourd'hui être au plus près du chaland.

C'est une évolution qui avantage plutôt les commerçants traditionnels ?
Effectivement, à condition d'être vraiment un professionnel. Le consommateur est devenu plus méfiant, exigeant mais n'a pas pour autant boudé la viande au profit du poisson. Il faut s'accrocher !

Quelles sont les recettes pour réussir dans le métier ?
Le client ne cesse de nous répéter qu'il aime le poisson mais qu'il ne sait pas le cuisiner. La parade est de développer la partie traiteur: terrines, soupes, poissons dont on a enlevé les arêtes. C'est un segment en pleine explosion. Il représente près de 50 % du chiffre d'affaires dans certaines belles poissonneries.

 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises