Cession Commerce

Carcassonne aspire à plus d'unité

Par Sophie MENSIOR - Le 03 / 11 / 2008
Suivre sur Twitter

Après avoir réhabilité la Bastide, son centre historique, la cité cathare s’attache désormais à parfaire la liaison avec la cité médiévale. Une opération indispensable pour maintenir l’attractivité de l’aire urbaine, menacée par une offre périphérique, qui ne cesse de se développer.

Carcassonne aspire à plus d'unité

Alors que les visiteurs se pressent en nombre chaque année pour admirer la vielle ville de Carcassonne, le cœur historique de la ville peine à bénéficier de cet afflux de touristes.
Un constat qui pourrait évoluer, à la faveur d’une importante opération de réhabilitation, menée par la municipalité, depuis une petite dizaine d’années.
« La réhabilitation de la Bastide, le cœur marchand, a permis de rééquilibrer la donne entre ces deux grands pôles, notamment au travers d’animations culturelles », indique Gilles Icher, adjoint à la Mairie, en charge de la vie économique, du commerce et de l’artisanat.
Si les travaux d’embellissement ont incontestablement rafraîchi la Bastide, ses rues ne grouillent pourtant pas de monde. Les faits sont là : la ville ne parvient pas à profiter de l’attractivité de sa cité médiévale.

En outre, Carcassonne a considérablement souffert de l’émergence de la grande distribution dans les années 90 et de l’évasion commerciale vers Toulouse. « Notre objectif étant de s’affirmer comme un pôle commercial, économique et touristique incontestable entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, nous avons besoin de grandes enseignes », ajoute Gilles Icher.
De plus, Carcassonne souffre de revenus inférieurs à la moyenne nationale, avec des emplois essentiellement publics et un petit nombre d’entreprises privées d’importance. Le département de l’Aude est de surcroît durement touché par le chômage. Revers de la médaille, positif, l’immobilier commercial n’a pas explosé. 
A cela, vient s’ajouter une carence en surfaces commercialisables
« Il faudrait dégager des surfaces de 100 m2 en parvenant à convaincre des propriétaires de locaux de 50 m2 de vendre leurs biens, indique Gérard Rouanet, technicien à la CCI. L’enjeu réside dans l’agrandissement et la modernisation des commerces. A ce titre, la CCI s’est associée à la Mairie dans l’opération des prêts bonifiés en direction des commerçants qui jouent le jeu ».

Pour développer un certain nombre de projets, les différents acteurs économiques de la ville ont procédé au recrutement d’un manager de ville. « Il fallait un interlocuteur unique à même d’être le relais entre les politiques publiques et les commerçants", justifie Gilles Icher. Un manager, dont on attend aussi qu’il coordonne les nombreuses opérations d’animation organisées toute l’année pour attirer le chaland. La Mairie, en partenariat avec l’Office de commerce, ne ménage pas sa peine pour faire vivre Carcassonne.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises