Cession Commerce

Le coeur de Bourges veut battre plus fort

Par Sophie MENSIOR - Le 05 / 01 / 2009
Suivre sur Twitter

Ville natale de Jacques C½ur, la préfecture du Cher doit se mobiliser pour faire vivre son centre urbain, qui pâtit du développement de l’offre commerciale périphérique. Elle attend beaucoup du projet Avaricum, qui doit voir le jour en 2012.

Le coeur de Bourges veut battre plus fort

A quelques kilomètres près, Bourges se situe au centre de La France. Troisième commune de la région éponyme après Tours et Orléans, elle souhaite conforter cette place de choix. Classée ville d’Art et d’Histoire, elle jouit d’un centre historique important.

La ville, qui a su garder un centre-ville attractif, fait venir des clients de ses deux départements limitrophes : l’Indre et la Nièvre, qui apprécient d’y faire leurs courses. L’arrivée de la Fnac, il y a une dizaine d’années a conforté l’attractivité du centre-ville, qui représente 24 % de l’activité commerciale de l’agglomération. L’enseigne culturelle est implantée rue Moyenne, une des principales commerçantes avec la rue Coursarlon et la rue Mirebeau, qui offrent une grande variété de commerces.

Comme dans bien d’autres villes, le développement de centres commerciaux à la périphérie a porté préjudice aux commerces du centre. Deux zones commerciales ont fleuri dans l’agglomération, à Saint-Germain du Puy et à Saint-Doulchard.

C’est pour renforcer l’attractivité du centre par rapport aux pôles de la périphérie, que la municipalité a pris la décision en 2002, de développer le projet Avaricum, du nom que portait Bourges à l’époque gallo-romaine. Beaucoup d’espoirs reposent sur ce projet, qui devrait voir le jour en 2012. Il comprend la construction de logements, de parking, et d’un pôle commercial, dans lequel devraient figurer des commerçants indépendants.

Autre atout dont peut se prévaloir la ville : une tradition militaire et d’armement, qui remonte au Second Empire. Ce qui procure à la ville une population d’ingénieurs avec des salaires au-dessus de la moyenne. D’autant que Bourges devrait sortir renforcée du plan de restructuration de l’armée élaboré par le Ministre de la Défense, avec l’arrivée prochaine de nouveaux militaires. 

Le Festival du Printemps de Bourges, qui se déroule chaque année en avril,
a apporté beaucoup à la ville, notamment en termes de notoriété. En organisant une animation parallèle, « Zic en Ville », les commerçants du centre-ville essaient tirer parti de cette manifestation, qui profite surtout aux cafés, hôtels et restaurants.

Pour faire vivre Bourges toute l’année, la ville propose d’autres animations, telles que le Village de Noël, le Festival International du Film Ecologique ou encore les Nuits Lumière. Enfin pour développer son commerce, la ville projette de rénover les Halles, qui abritent les marchés : La Halle aux Blés et Les Halles Saint-Bonnet, situées à côté du projet Avaricum.

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises