Cession Commerce

Lille voit loin et son commerce en bénéficie

Par Sophie MENSIOR - Le 16 / 10 / 2007
Suivre sur Twitter

Carrefour stratégique desservi par le TGV, Lille aspire à accroître son statut de capitale régionale. Pour y parvenir, elle entend étirer son centre afin de répondre à l’afflux d’une clientèle étrangère au fort pouvoir d’achat.

Lille voit loin et son commerce en bénéficie

Cataloguée centre bourg il y a 20 ans, Lille devient, depuis une dizaine d’années, une capitale régionale incontournable : “Notre zone de chalandise naturelle est très importante puisque l’on comptabilise 4 millions de personnes résidant à moins d’une heure de voiture de Lille, explique Eric Seidlitz, responsable du département commerce de la CCI de Lille Métropole. Le TGV a permis d’étendre encore ce marché aux Belges et surtout aux Anglais.”

Un nouveau quartier d’affaires avec un flamboyant centre commercial en point d’orgue, Euralille, l'avait précédé à la fin des années 80 pour faire face aux nombreuses crises industrielles qu’a connues cette région : “Nous avons dû repenser l’économie locale. C’est ce que l’on a appelé le “turbo tertiaire”, rappelle Jacques Mutez, conseiller municipal délégué au commerce et à l’artisanat. Il s’agissait de relancer la ville en tant que capitale régionale et de lui donner une taille suffisante pour exister à l’échelle européenne en terme d’attractivité économique, culturelle et sociale.

C’est de cette réflexion qu’est née la communauté urbaine, tripolaire – dont les piliers sont Lille (220 000 habitants), Roubaix (100 000) et Tourcoing (91 000) – qui revendique aujourd’hui près d’1,2 million d’habitants. “La gare TGV Europe est aujourd’hui la première gare de voyageurs de France, fait-il observer. Lille était une cité endormie, populaire avec ses quartiers ouvriers. Grâce à ses projets, elle est devenue une ville touristique.”

Une nouvelle vocation qui implique des travaux de réhabilitation pour embellir la cité. Un plan local d’action (PLA) pour le développement du commerce, de l’artisanat et des services a été mis en place. L’essentiel de l’action des pouvoirs publics se portant sur le Vieux Lille et la réhabilitation de certaines rues, notamment Nationale et Esquarmoise. Les enseignes, comme les Galeries Lafayette, ont joué le jeu en revenant se réimplanter sur ces artères rénovées.

Satisfaits de la diversité de l’offre, les responsables économiques doivent toutefois faire face à un problème de place pour répondre à la demande commerciale. Il s’agit, par conséquent, d’élargir le centre et de développer les quartiers périphériques. Un deuxième PLA, qui préconise, notamment, de favoriser un développement équilibré entre les centres-villes de la communauté urbaine et les quartiers, a vu le jour : “Nous avons, par exemple, voulu transformer le quartier de Lille-Sud, en perte de vitesse, en quartier de la mode avec une orientation très jeune", explique Jacques Mutez.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises