Cession Commerce

Montpellier, dynamique mais divisée

Par Sophie MENSIOR - Le 17 / 12 / 2007
Suivre sur Twitter

Capitale de la région Languedoc-Roussillon, Montpellier compte aujourd’hui parmi les villes majeures du Grand Sud. Elle a connu la plus forte progression de population en 5 ans, mais sa croissance ultrarapide pose des problèmes de logement, d’emploi et de circulation.

Montpellier, dynamique mais divisée

Le Languedoc a le vente en poupe. Rien que sur la commune de Montpellier, ce sont 1 900 nouveaux résidents qui y sont recensés chaque année. Une tendance qui s’accélère depuis 1999 puisque l’Hérault enregistre actuellement l’arrivée de 1 000 personnes chaque mois, dont 500 à Montpellier.

Pour répondre à cet important flux migratoire tout en œuvrant pour l’essor de la ville, un centre commercial, Polygone, a fait son apparition à la lisière du centre, en bordure de la place de la Comédie. Une implantation qui a fait jaser, notamment chez les commerçants. L’explosion démographique aidant, il s’est pourtant rapidement retrouvé intégré dans le circuit urbain. Au point d’être aujourd’hui un des atouts du commerce montpelliérain.

“C’est devenu le gros pôle très attractif, qui fluidifie la circulation dans le centre : le chemin de la place de la Comédie au Polygone est aujourd’hui un passage piéton très important”, ajoute Christiane Roux, de la CCI. Pour beaucoup désormais, Polygone permet de maintenir les gens dans le centre. Car le problème de Montpellier réside dans son organisation : la vieille ville s’est longtemps résumée à “l’Écusson”.

Pour Michel Germain, de la CCI, c’est en attirant des activités culturelles dans des rues peu fréquentées que l’on parviendra à supprimer les barrières psychologiques : “Ce qui n’est pas dans la proximité immédiate du circuit piéton souffre. Le quartier des Ursulines, grâce à son couvent, ou celui de Sainte-Anne, est un exemple à suivre”, estime-t-il.

Consciente de cette réalité, la mairie travaille dans cette direction depuis quelques années avec l’opération “Montpellier Grand Cœur” destinée à aménager la vieille ville. Forte du succès de la première ligne de tramway, la ville sera dotée, d’ici à 2011, de deux nouvelles lignes indispensables vu l’orientation que Georges Frêche a voulu donner à son centre. Avec 24 kilomètres, Montpellier dispose de la plus grande zone piétonne de France rapportée au nombre d’habitants.

Une piétonisation, agréable pour la déambulation, mais qui fut loin de faire l’unanimité, notamment à la CCI. Convaincu de l’impossibilité de dialoguer avec la mairie, Alain Simon, représentant des commerçants, a créé la Faduc, la Fédération des associations pour la défense des commerçants, des usagers, des consommateurs et des contribuables du centre-ville et du Grand Montpellier.

Objectifs de cette Fédération qui se veut apolitique : défendre les intérêts des commerçants, la qualité architecturale du centre-ville, faciliter l’accès et le stationnement et surtout obtenir des décideurs la mise en place d’un schéma de développement commercial et y participer. Montpellier, en tant que ville nouvelle, se cherche encore une identité. Forte de sa croissance démographique, elle offre des possibilités de développement importantes. Reste que ce n’est pas un eldorado où l’on peut se lancer aveuglement.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises