Cession Commerce

Mulhouse peut être fière de son identité

Par Sophie MENSIOR - Le 15 / 01 / 2007
Suivre sur Twitter

La sous-préfecture du Haut-Rhin souffre cruellement d’un déficit d’image. Les décideurs locaux comptent beaucoup sur le projet de la Porte Jeunesse pour redonner au centre un aspect dynamique.

Mulhouse peut être fière de son identité

Le commerce de périphérie s’est considérablement développé à la fin des années 70 pour répondre au développement industriel. Au point d’inquiéter les acteurs politiques quant à l’avenir du centre-ville qui souffre d’une hypertrophie des zones commerciales extérieures.

Loin de baisser les bras, ils ont entrepris un travail de reconquête qui passe d’abord par une meilleure valorisation de l’existant. L’achèvement des travaux du tramway a d'ailleurs dopé la demande d’implantation, notamment sur l’avenue Kennedy.

D’autres importants travaux d’embellissement de la ville ont été engagés. Le centre-ville a notamment fait l’objet d’une piétonisation. La place de la République, et celle de la Réunion, ont ainsi été refaites.

Reste qu’en dépit de toutes les améliorations, il manque encore une locomotive pour donner une autre envergure au centre.  D’où le projet du centre commercial « Porte Jeune », dont la commercialisation, sur une surface de vente de 18 500 m², est en cours, sachant que Planète Saturne, Monoprix et Nature et Découverte ont déjà donné leurs accords.

Au-delà de ce projet majeur, la ville a l'intention de réhabiliter des quartiers envahis par des commerces « communautaires » pour les remplacer par des boutiques plus générales.

Une décision qui va dans le sens des indépendants pour lesquels des opportunités existent dans la petite décoration de maison, la culture, les loisirs et même les brasseries. A condition de s’inscrire dans un créneau moyen, voire haut de gamme.

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises