Cession Commerce

Nîmes se prépare pour 2018

Par Sophie MENSIOR - Le 22 / 05 / 2017
Suivre sur Twitter

La préfecture du Gard vient de rénover son centre-ville, appelé l’Ecusson. Elle mise sur son inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco et sur l’ouverture du Musée de la Romanité pour booster son attractivité.

 Nîmes se prépare pour 2018

Située entre la Mer Méditerranée et les Cévennes, la commune gardoise compte plus de 150 000 habitants, ce qui en fait la 18ème ville de France. Sa fondation remonte à l’Antiquité et les monuments romains tels que les Arènes, la Maison Carrée ou encore la Tour Magne contribuent à forger son identité.

Deux projets phares


Aujourd’hui, Nîmes est engagé dans deux projets phares. Elle défend, de pied ferme, son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, à l’horizon 2018, pour l’ensemble de ses monuments sur le thème "L’Antiquité au présent". « Cela nous permettrait d’avoir 30 % de touristes en plus », estime Sophie Roulle, adjointe au maire, déléguée à la redynamisation du centre-ville et aux animations commerciales.

Elle mise également sur l’ouverture en 2018 du Musée de la Romanité. Situé en face des Arènes, il a pour but de mettre en valeur les collections archéologiques de Nîmes. Pour développer le tourisme d’affaires, la ville prévoit de construire un Palais des Congrès, dans le prolongement de ce futur musée.

Plus de 200 jours d’animation par an


La commune du Gard se caractérise par un grand nombre d’animations, plus de 200 jours par an. A commencer par les plus célèbres, les Ferias, mais aussi les Grands jeux romains et les jeudis de Nîmes, qui ont lieu pendant l’été. Elle se prépare à accueillir en août prochain, le départ de la Vuelta, course cycliste, qui effectue le Tour d’Espagne.

Ces dernières années, Nîmes a beaucoup changé, en entreprenant une métamorphose de son centre-ville, baptisé l’Ecusson. Les places ont été réaménagées, les voiries rénovées… De même que les boulevards circulaires pour la circulation du Tram’ Bus. « Pendant les travaux du tram, il y a eu une période difficile, mais des mesures ont été prises pour accompagner les commerçants », raconte Jean-Thierry Lazare, responsable pôle commerce et services de la CCI  (Chambre de commerce et d’industrie) du Gard.

Les principales rues commerçantes sont situées dans l’Ecusson, en cœur de ville. La rue de l’Aspic, et la rue de la Madeleine étant considérées comme les emplacements numéro 1, de même que la rue du Général Périer.
 

Beaucoup de commerces indépendants

Particularité de la commune gardoise : on y trouve encore beaucoup d’indépendants, ce qui contribue à son charme, qui côtoient les enseignes nationales. En 2015, la ville a accueilli 50 nouveaux commerces, dont Cacharel, Souleiado, Longchamp…Elle souhaiterait en faire venir d’autres.

« Ce qui nous manque en centre-ville, ce sont des magasins de sport, de l’équipement de la maison, des magasins de jouets et de vêtements pour homme et femme », appuie Sophie Roulle. « Nous cherchons du moyen et haut de gamme », ajoute-t-elle.

En revanche, le secteur de la restauration est sur-représenté, notamment celui de la restauration rapide. L’actualité du centre-ville, c’est aussi la rénovation du centre commercial la Coupole.

Taux de vacance commerciale en baisse


Quant aux taux de vacance commerciale,  il a baissé, ce qui réjouit les professionnels du commerce. Il est passé de 13 à 10 %, ce qui reste au-dessus de la moyenne nationale.

Pour animer le commerce de centre-ville nîmois, la ville peut compter sur l’Office du commerce et de l’artisanat, baptisé Cœur de Nîmes. Son but : proposer des animations programmées au niveau local et national.

Alors qu’elle n’avait pas toujours une très bonne image, Nîmes a regagné des parts de marché et veut maintenant le faire savoir. Si le pouvoir d’achat de ses habitants n’est pas très élevé, elle devra s’appuyer sur ses multiples atouts pour vaincre ce handicap…
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises