Cession Commerce

Orléans se tourne vers la Loire

Par Sophie MENSIOR - Le 15 / 09 / 2014
Suivre sur Twitter

Depuis une dizaine d’années, la cité johannique a procédé à des travaux d’aménagement urbain, qui ont contribué à son embellissement. L’objectif est maintenant de conforter le centre-ville comme premier pôle commercial de l’agglomération.

Orléans se tourne vers la Loire

Capitale de la région Centre et préfecture du Loiret, Orléans est située en bordure nord de la Sologne et en bordure sud de la Beauce. Particularité de la ville : elle n’est qu’à 1 heure de Paris. Cette proximité constitue un atout mais peut se révéler un inconvénient, car elle génère un peu d’évasion commerciale. Pour les Orléanais, il est facile de se rendre dans la capitale pour y faire du shopping. « Nous essayons de la juguler », explique François Foussier, adjoint au maire, délégué au commerce, à l’artisanat, aux foires et salons, aux halles et marchés.

Depuis une dizaine d’années, son visage s’est complètement transformé et la ville s’est embellie avec des travaux de rénovation, comme sur la place Charles de Gaulle ou la place du Martroi. Deux lignes de tramway ont été mises en service : une première sur l’axe nord-sud ouverte en 2000 et la deuxième sur l’axe est-ouest depuis juin 2012.

« Les travaux, qui ont duré longtemps, ont été contraignants pour les commerçants mais ils vont pouvoir en tirer maintenant les bénéfices », estime Philippe Boutron, vice-président de la CCI (Chambre de commerce et d’industrie du Loiret). Des dossiers d’indemnisation ont été constitués mais aucune fermeture n’a pu être imputée à ces travaux.

Comment se compose le paysage des commerces ? Au sein de l’agglomération orléanaise, 3 163 commerces sont recensés, soit 44 % des points de vente du Loiret. Quant à la ville d’Orléans, elle représente 52 % des magasins de l’agglomération en nombre mais seulement 30 % du plancher commercial, selon les données 2013 communiquées par l’Observatoire du commerce de la CCI du Loiret.

Le centre-ville d’Orléans reste le premier pôle commercial de l’agglomération, et bien évidemment le premier du département. Mais c’est aussi celui qui connait la plus forte baisse. A contrario, ce sont les pôles périphériques, qui progressent dans l’agglomération. « Le centre-ville et la périphérie sont complémentaires, l’un ne va pas sans l’autre », tient à temporiser Philippe Boutron, lui-même distributeur.
Dans le cœur de ville, on retrouve un certain nombre d’enseignes, telles H&M, Zara, Galeries Layette, Fnac. Certaines d’entre elles sont regroupées au sein du centre commercial Place d’Arc, situé à côté de la gare. Quant aux indépendants purs et durs, ils sont de moins en moins nombreux.

Parmi les principales artères commerçantes : la rue de la République, la place du Martroi, la rue Royale, où l’on trouve des indépendants. Dernier gros projet commercial en date : la réalisation d’une rue commerçante, la rue Des Halles, au sein du quartier éponyme sur les quais de la Loire, qui accueille des commerces de culture/loisirs. « La ville était tournée vers l’intérieur, l’idée est de la tourner vers son fleuve. Et de descendre l’attractivité commerciale jusqu’à celui-ci. Entre la place d’Arc et la Loire, il n’y a que 800 mètres », explique l’adjoint au maire, François Foussier.

Pour animer son commerce, la ville peut compter sur l’association Les Vitrines d’Orléans, qui regroupe 400 adhérents, représentant tout type de commerce, que ce soit les indépendants ou la grande distribution. « Notre but : faire venir les clients en centre-ville, après les importants travaux d’aménagement, notamment la deuxième ligne de tramway », explique Marie-Noëlle Lecointe, vice-présidente de l’association. 

Pour l’instant, la ville est sur le pied de guerre pour accueillir l’élection de Miss France 2015 en décembre prochain. Un évènement populaire et médiatique, dont les retombées devraient profiter à Orléans et ses commerces.
 

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises