Cession Commerce

Rouen ouverte à de nouveaux commerces

Par Sophie MENSIOR - Le 09 / 11 / 2009
Suivre sur Twitter

Avec l’inauguration récente des Docks 76, la ville poursuit son développement en aménageant de nouveaux territoires. Elle n’en oublie pas pour autant son centre-ville, qui va faire l’objet d’un plan de revitalisation.

Rouen ouverte à de nouveaux commerces

A Rouen, la tradition côtoie la modernité. Ancienne capitale du Duché de Normandie, marquée par le souvenir de Jeanne d’Arc, mais aussi patrie de Corneille et Flaubert, la ville constitue un lieu habité par l’histoire.
Traversée par la Seine, la ville y puise à la fois son identité et son développement. Celui-ci s’étend vers l’Ouest, avec le projet « Seine Ouest », qui va mixer activités tertiaires, commerces et logement.
C’est Rive droite, que se trouve que le cœur commerçant historique. Avec notamment la rue du Gros Horloge, un vrai modèle de rue n° 1, la première voie piétonne de France, dans les années 1970. Dans le centre, on trouve 2/3 de commerçants indépendants pour 1/3 d’enseignes nationales. « Nous avons la chance d’être une ville, qui a su garder cette spécificité des métiers d’art et de bouche. Une telle richesse nous est offert par les indépendants », estime Agnès Fievez, directrice de la Dynamique Territoriale, rattachée à la Mairie. 


Sous l’impulsion de la nouvelle municipalité et après une étude préalable visant à prendre conscience des forces et des faiblesses de Rouen, un Fisac Centre-ville va se mettre en place. La commune se trouvant aujourd’hui en fin de Fisac Quartier.
Destiné à requalifier l’espace piétonnier, et à revitaliser le centre-ville, ce programme doit se dérouler sur 3 ans, de 2010 à 2013. 7 millions d’euros vont y être investis par la ville, avec le co-financement de l’Etat. Sachant qu’il s’articule autour de 3 thématiques : le patrimoine, le tourisme, et le commerce. Ce programme mobilise également les chambres consulaires et l’ensemble des commerçants.
Considéré comme un véritable centre commercial à ciel ouvert, Rouen veut mettre en avant l’aspect « achat plaisir ». Dans ce contexte, une campagne de communication doit se décliner autour de l’accessibilité du centre-ville, mais aussi sur la qualité et la diversité de son offre.
Pour faire vivre ses commerces, la CCAR (Chambre commerciale et artisanale de Rouen) a développé un guide virtuel du commerce rouennais, www.rouenshopping.com. Lancé en 1999, il est l’un des premiers sites à avoir mutualisé le commerce électronique. « Il s’agit d’un élément de base à la mise en place d’autres outils », indique Philippe Depreaux, qui préside également l’association 3 CR. Parmi les avantages proposés : la possibilité pour les commerçants de distribuer des chèques parkings à leurs clients, pour se garer en ville. Autre projet : le lancement de "Rouen Shopping Environnement", un programme destiné à inciter les commerçants à devenir « éco-citoyen ». Rouen veut garder sa longueur d’avance…

< Retour à la liste

Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises