Cession Commerce

Valence se construit une nouvelle image

Par Sophie MENSIOR - Le 18 / 06 / 2018
Suivre sur Twitter

La cité drômoise vient de se doter d’une nouvelle marque "Mon coeur Valence" dans le but de soutenir le commerce de centre-ville. Tous les acteurs se mobilisent pour accueillir les porteurs de projet et renforcer l’attractivité du territoire.

Valence se construit une nouvelle image
A Valence, le midi commence ! Cette expression caractérise bien la préfecture de la Drôme, située au bord du Rhône, entre l’Ardèche et le Vercors. Elle occupe une position stratégique, à 55 minutes de Lyon, 1 heure des stations de ski et 2 heures de la Méditerranée.

Dernière actualité en date : elle vient d’être retenue dans le cadre du Plan « Action Coeur de Ville », destiné à revitaliser les centres-villes.

La commune a entrepris un certain nombre de changements en matière de commerce. Tout a démarré par l’organisation des Assises du commerce il y a un an, qui ont permis d’échanger et de proposer des idées pour dynamiser le commerce de centre-ville.

Une marque pour les commerçants du centre-ville


Première concrétisation : le lancement de la marque « Mon cœur Valence » en début d’année. « Nous avons voulu créer une marque pour les commerçants du centre-ville et pour communiquer à l’extérieur », explique Judith Eno, directrice de la communication. Cette nouvelle signature s’incarne dans une structure géante installée sur le Champ de Mars. En peu de temps, elle est devenue un point de rendez-vous où touristes et locaux viennent se faire prendre en photo. « Nous souhaitons que les commerçants s’approprient la marque et qu’ils prennent des initiatives pour l’utiliser », ajoute la directrice de la communication.
 
Ville de spécialités gastronomiques (le Suisse, la Pogne, la raviole ou encore les vins…), elle bénéficie aussi du rayonnement de ses célèbres restaurants étoilés, dont la célèbre Maison Pic, dirigée par Anne-Sophie Pic.

Quant à son paysage commercial : 1 508 commerces sont recensés dont 663 en centre-ville. Dans cette zone, ils s’articulent autour de l’avenue Victor Hugo, qui constitue l’artère n°1, la rue Emile Augier et la rue Madier de Montjau…C’est dans ces rues que l’on trouve les grandes enseignes nationales ainsi que dans le centre commercial Victor Hugo, qui fait office de locomotive et qui regroupe 28 boutiques, parmi lesquelles La Fnac, H&M, Celio, McDonald’s…

L’équipement de la personne est fortement représenté en centre-ville, de même que les cafés-hôtels-restaurants. En revanche, il y a de la place pour du commerce de détail alimentaire. Equipement de la maison et fleuristes, sont de leur côté, sous-représentés.

Trouver des locaux


Motif de satisfaction : son taux de vacance commerciale est de 7 % alors que la moyenne nationale tourne autour de 10,5 % environ. La préfecture de la Drôme résiste bien et se distingue nettement des communes situées aux alentours : Avignon est à 10,4 %, Montélimar à plus de 15 % et Romans-sur-Isère à 20 %.

« La ville attire les porteurs de projet, nous en avons toutes les semaines mais pour eux, la difficulté est de trouver des locaux », estime Georges Rastklan, conseiller municipal délégué aux commerces, aux marchés, aux droits de terrasse et aux évènements culturels.  « Nous n’excluons pas de mettre en place une taxe sur les locaux vacants mais pas dans l’immédiat », renchérit le maire de Valence,  Nicolas Daragon.

Pour ses animations, Valence  peut compter sur l’association Vitaville, qui comprend une centaine d’adhérents ainsi que sur d’autres structures, telles Valence en Fête. Outre les évènements culturels et sportifs,  l’association veut accélérer le développement numérique et envisage de monter un site vitrine destiné aux commerçants.

Pour l’instant, la ville se prépare à accueillir le départ du Tour de France le 20 juillet prochain. Un rendez-vous qui confortera sa tradition festive et lui permettra de mettre en valeur ses atouts.

 

Ces pages pourraient vous intéresser :

< Retour à la liste

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises