Cession Commerce

Fiches Conseils > Comptabilite > Lire et interpréter un bilan

LIRE ET INTERPRÉTER UN BILAN

Dernière mise à jour
le 26/03/2008
- Le BILAN est une photographie de l’entreprise à une date donnée, en général à l’issue d’un exercice de 12 mois.

Pendant cet exercice, l’entreprise a utilisé des fonds (ressources) pour effectuer des dépenses (emplois).
 
Il s’agit tout simplement de répertorier l’origine et les utilisations des fonds de l’entreprise.

 
- Le BILAN se décompose en 2 grandes parties : ACTIF et PASSIF :

Le PASSIF (à droite) donne l’origine et la composition des fonds de l’entreprise.
En d’autres termes, à la lecture du passif, on obtient la réponse à la question «d’où vient l’argent?».

Le Passif du bilan est l’image de ce que doit l’entreprise. Les éléments du passif se présentent par ordre d’exigibilité croissante. Il est lui-même constitué de deux grandes masses : les fonds propres et les dettes.

L’ACTIF (à gauche) indique l’utilisation des fonds. On obtient la réponse à la question « où va l’argent?».

L’actif du bilan est l’image de ce que possède l’entreprise. Les éléments d’actif se présentent par ordre de liquidité croissante.


Suivant toute logique, les deux colonnes de votre bilan doivent être égales : la différence possible faisant apparaître un «bénéfice» ou une «perte».

 
 
 ACTIF  LES DEFINITIONS  LES POINTS A EXAMINER
ACTIF IMMOBILISE Les immobilisations sont des éléments destinés à servir de façon durable à l'activité de l'E. Elles naissent des investissements destinés à développer l'activité de l'E. Mêmes amorties, elles restent à l'actif du bilan jusqu'à leur cession ou mise au rebut.
Immobilisations incorporelles Investissements immatériels. Leur valeur repose sur un droit juridique tel que frais R&D, brevets ou marques, licences, logiciels, fonds commercial.

Certains s'amortissent (frais d'établissement, R&D, brevets…), d'autres non.
Certains frais s’amortissent : frais de 1er  établissement, R&D, brevets… mais pas le fonds commercial.
Immobilisations corporelles Investissements matériels.

Ils permettent à l'E. de produire et de vendre.
Les bilans ne distinguent pas entre ce qui sert vraiment à l'exploitation (usine…) et le reste (immeuble de rapport…).
 Terrains Seule apparaît la valeur payée par l'E. lors de l'achat du terrain nu, même après plusieurs décennies. Sauf exception, les terrains ne s'amortissent pas. Ils ne se réévaluent pas non plus.
 Construction/Aménagements/
Matériel /Outillage
La variation du brut et de l'amortissement indique la politique d'investissement. Pour une analyse plus complète, y intégrer les équipements acquis en crédit-bail.  
 Immobilisations financières   
 Participations Titres de Sociétés dans lesquelles l’E. détient plus de 10 % du capital C'est l'actif principal des sociétés mères "holdings". Ces immobilisations ne s'amortissent pas.
 Créances /Prêts / Dépôts Sommes que l'E. a prêté à une Société tiers, à + d'un an.  
 ACTIF CIRCULANT Les actifs circulants n'ont pas vocation à rester de manière durable dans l'E. Ils se renouvellent régulièrement et se transforment rapidement en liquidités.
 Stocks et en-cours Les stocks représentent des biens matériels, les en-cours des travaux non encore terminés. Les stocks de marchandises, matières premières, produits finis s'évaluent avec des méthodes rigoureuses.
 Créances clients & rattachés Ventes facturées aux clients mais que ceux-ci n'ont pas encore payées à l'arrêté des comptes ou sommes que l'E. a versées à un fournisseur, alors que celui-ci n'a pas encore livré. Cela représente des fonds qui sont en dehors de l’E. donc un emploi. 1 client qui fait défaut au moment de payer, et tout le bilan en est déséquilibré.
Disponibilités Ou "trésorerie active". Sommes immédiatement disponibles sur compte en banque ou en caisse.  
Comptes de régularisation Permettent de régulariser généralement des payées par avance telles que les abonnements, assurances… (charges constatées d'avance, charges à répartir) Ne sont pas assimilés à des montants récupérables en liquidités mais à des débours qui ne seront pas à faire. Leur importance peut réserver des surprises. Une analyse s'impose alors.
   TOTAL ACTIF


 
 PASSIF LES DEFINITIONS LES POINTS A EXAMINER
 CAPITAUX PROPRES Les capitaux propres représentent les sommes apportées ou laissées par les propriétaires de l'entreprise à la disposition de celle-ci depuis sa création. Ils comprennent le résultat de l'exercice en cours, avant que celui-ci ne soit affecté.

Pour les partenaires de l’entreprise, ils sont le reflet de sa santé financière. D'un montant élevé, ils signifient que l'entreprise bénéficie de ressources stables. D'un montant faible, voire négatif, ils soulignent le manque d'autonomie financière de l'entreprise.

Ils constituent les ressources stables de l'E. et déterminent comptablement ce que vaut l'E.
Capital social Ressources apportées au début de l’activité par le chef d’entreprise, les associés ou les actionnaires  
Réserves

 


Réserve légale
Les réserves regroupent les bénéfices des années antérieures qui n’ont pas été distribués aux associés et ce, afin d’ être  réinvestis dans l’E.

 

La loi oblige à laisser en réserve 5 % du bénéfice net de chaque année jusqu'à hauteur de 10 % du capital social
 
Réserve réglementée Ressources liées à des dispositions fiscales (+ values à long terme…)  
Autres réserves Fraction du bénéfice des années précédentes que les associés ont décidé de laisser à la disposition de l’E.  
Report à nouveau Cumul des bénéfices des années antérieures non distribués et non affectés en réserves. Les pertes subies au cours des exercices précédents apparaissent à ce poste.
Résultat de l’exercice Bénéfice ou perte de l’année dégagé  par le compte de résultat. Ressource de l’E., il est porté aux capitaux propres de l’E.
Les associés ou actionnaires décideront par Assemblée Générale Ordinaire de l’affectation de ce résultat (répartition en dividendes et/ou réserves).
La ligne la + importante du bilan. L’analyse de sa répartition est primordiale. Le résultat doit être récurrent et significatif par rapport au CA.
TOTAL CAPITAUX PROPRES
Provisions pour risques & charges Sommes que l'E. pourrait devoir payer ultérieurement.
Les provisions pour risques sont destinées à couvrir des risques identifiés tels que litiges en cours, futurs retours d’invendus, articles vendus sous garantie, pénalités ou amendes, pertes de change…
Les provisions pour charges servent à couvrir les charges futures telles que les impôts, charges fiscales ou sociales sur congés payés…
Rôle clé dans l’établissement du bilan. Leur surestimation pour réduire un bénéfice trop important ou leur sous estimation pour gonfler un résultat trop faible peuvent masquer certaines réalités de l’E. et transformer la physionomie du bilan. 
DETTES On distingue :
- les dettes à long et moyen terme (>1an) qui se rapprochent des capitaux propres d l'E. et constituent des capitaux permanents
- et les dettes à court terme qui forment des ressources à court terme destinées à financer les emplois à court terme (éléments d'actifs<1an)
Emprunts &  dettes financières Dettes auprès d’établissements de crédit et tiers Dont le compte courant d’associés
Fournisseurs & rattachés Dettes issues de l’exploitation de l’E. représentant ses engagements envers les fournisseurs après obtention de délais de paiement : concrètement, sommes dues pour fournitures reçues mais que l’E. n’a pas encore payées, considérées comme un prêt de la part des fournisseurs donc comme une rentrée d’argent. Peut indiquer un risque de défaillance si en hausse.
Avances &  acomptes sur commandes Dettes de l’E. envers des clients qui ont payé un acompte mais n’ont pas encore été livrés.   
Dettes fiscales & sociales  Sommes restant à verser au personnel, Urssaf, fisc au titre de l’année écoulée.  Une progression trop élevée d’un an sur l’autre peut révéler des problèmes de trésorerie.
   TOTAL DETTES
Comptes de régularisation Equilibrent le bilan   
   TOTAL PASSIF


L'EQUILIBRE FINANCIER

En principe, l'équilibre financier d'une entreprise est atteint lorsque ses biens durables sont financés par des ressources à long terme.

L’entreprise possède des actifs. Certains sont dits permanents, car ils présentent une forme de stabilité, le fonds de commerce et le matériel par exemple. D'autres ont des délais de rotation plus rapides, tels que les stocks ou les créances clients : ils peuvent être qualifiés d'actifs à court terme.

En ce qui concerne le passif, la même distinction peut être faite. Le passif à long terme comprend les fonds apportés ou laissés par les actionnaires ou l'entrepreneur et les emprunts dont l'échéance est à plus d'un an. En revanche, les autres dettes - fournisseurs, organismes sociaux, Etat, etc. - sont en principe à brève échéance.

IMPORTANT : si l’on compare l'actif à court terme et le passif à court terme, on obtient «le fonds de roulement». Un fonds de roulement négatif (passif à court terme > l'actif à court terme) ou faiblement positif est généralement un signe de déséquilibre financier auquel il convient de remédier.
 

LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT

Un fonds de roulement positif n'est pas en lui-même un signe suffisant de bonne santé financière : il convient de s'assurer qu'il couvre le besoin en fonds de roulement de l'entreprise.

Le besoin en fonds de roulement se définit comme l'argent qu'il faut mettre dans l'entreprise pour la faire fonctionner. En effet, celle-ci doit en général engager des dépenses en règlement de ses achats et frais généraux, avant même d'encaisser les ventes. Le besoin en fonds de roulement correspond donc aux stocks et aux créances de l'entreprise, diminuée de ses dettes non financières (fournisseurs, personnel…).

Pour assurer un bon équilibre financier, le fonds de roulement (FR) doit permettre de faire face au besoin en fonds de roulement (BFR). A défaut, des problèmes de trésorerie apparaissent.

En effet : FR - BFR = TRESORERIE.


En pratique : le besoin en fonds de roulement dépend directement du volume d'activité de votre entreprise (ainsi par exemple, si le chiffre d'affaires double, les créances clients doubleront également). En phase de croissance, il faut donc toujours prévoir le financement de ce besoin en fonds de roulement afin que croissance ne rime pas avec difficultés de trésorerie.

 

Il est donc primordial que vous examiniez avec soin l'évolution de votre besoin en fonds de roulement. Suivez notamment les délais de règlement de vos clients et fournisseurs, car un dérapage de quelques jours peut avoir des conséquences importantes sur votre trésorerie.



 

Télécharger : Lire et interpréter un bilanTélécharger la fiche

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises