Cession Commerce

COIFFEUR

Dernière mise à jour
le 06/06/2016

Vendre un commerce Coiffeur

Définition de la profession

Le métier consiste à effectuer les soins esthétiques et hygiéniques des cheveux. Le coiffeur accueille le client dans son salon. Il peut, en complément de son activité principale, proposer des produits d’entretien et de soin capillaires, des articles de parfumerie, voire de la bijouterie fantaisie. 

 

Contexte actuel

Le secteur est arrivé à une relative stabilité après avoir vu son nombre d’établissements progresser de manière vertigineuse au cours des 15 dernières années.

Si la fréquentation (nombre de visites par personne active dans les salons) est en baisse, l’activité, la deuxième de l’artisanat avec 85 000 salons, reste dynamique. Mais il faut compter avec une forte concurrence, exacerbée depuis l’avènement de la coiffure à domicile très bien orientée dans les milieux ruraux. Rapidité, efficacité et surtout professionnalisme sont de rigueur pour réussir dans la coiffure. 
 

Conditions d’exploitation

  • Un salon de coiffure doit être placé sous le contrôle effectif et permanent d’une personne titulaire du brevet professionnel ou d’un titre équivalent. 

  • Les coiffeurs pour hommes, exerçant dans une commune de moins de 2 000 habitants, en sont dispensés.

  • L’activité étant de nature artisanale, l’exploitant doit s’immatriculer auprès de la chambre des métiers.

Réglementation en vigueur

Espéré depuis de nombreuses années, le passage à 5,5 % de la TVA n’est toujours pas d’actualité.

L’exploitant a une liberté totale pour fixer ses tarifs.

La réglementation en matière d’hygiène et d’environnement est particulièrement rigoureuse (renseignements auprès de la Fédération).

Les éléments financiers

- Les commerces s’évaluent dans une fourchette comprise entre 65 à 130 % du chiffre d’affaires annuel TTC, d’après le barème fiscal Francis Lefèvre.

 
Surface moyenne
d’un salon
CA annuel TTC (2015) Marge brute Rémunération moyenne du commerçant Evaluation du fonds de commerce Part des produits annexes
50 m² 79 000 euros 90 %
du CA
1 500 euros mensuels Entre 65 et 130 %
du CA annuel TTC
10 %
du CA
Source : AFE et FCGA


Précision

Les professionnels sont réticents à l’idée de donner une fourchette plus restreinte quant à l’évaluation du fonds de commerce, tant l’emplacement, mais surtout le personnel, sont déterminants. On estime d’ailleurs l’évasion commerciale à 15 %, en moyenne, lors d’un changement de propriétaire, mais ce chiffre peut être beaucoup plus conséquent si vous n’avez pas su convaincre les employés de continuer l’aventure.
Notons, d’autre part, que la marge sur les produits annexes est de 50 %.

 

Equipements-Immobilisations

Vu le nombre très important de salons de coiffure, les professionnels préconisent davantage la reprise que la création d’entreprise, relativement onéreuse si l’on veut travailler dans de bonnes conditions. La Fédération propose une formation dédiée à la transmission (renseignements : www.infc.fr)
 

Equipements matériels

Bac à shampoing

Casque à vapeur

Casque de séchage

Stock de départ

Rotation de stocks

60 000 euros 1 000 euros 335 euros 610 euros 2 300 euros 120 jours
Source : AFE


Précision

Près de 1 200 salons de coiffure changent de main chaque année. Le taux de survie à 5 ans est de 68 %. Signalons aussi la difficulté, comme dans bien des secteurs de l’artisanat, pour trouver du personnel qualifié (on compte, en moyenne, 2,4 employés par salon).  


A savoir
 
  • Même si (presque) tout le monde a besoin de se faire couper les cheveux, la coiffure demeure tributaire du contexte général. Les professionnels déplorent, à ce titre, une baisse de la fréquentation ou, pour être plus précis, un allongement du laps de temps entre deux visites. Il convient, par conséquent, de faire preuve du plus grand sérieux pour y faire face.
  • La coiffure devient de plus en plus tendance. Il est donc indispensable de connaître les modes. 
  • ll faut faire attention à ne pas reprendre un stock pléthorique de produits consommables (ils représentent en moyenne 6-7 % du CA).
  • Coiffer toute la journée implique d’être debout en permanence. Une bonne résistance physique s’impose.
  • On se rend aussi chez son coiffeur pour raconter ses petits tracas. Le professionnel se doit d’être à l’écoute, patient, d’humeur constante et fin psychologue.
 

Adresses utiles

 

- Union nationale des entreprises de coiffure (Unec)

36 rue du sentier
75002 Paris - 01.42.61.53.24

- Conseil national des entreprises de coiffure

139 boulevard Haussmann
75018 Paris - 01.56.38.17.80
 

Sites Internet utiles

Fiche mise à jour par Jean Couderc


Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises