Cession Commerce

MAROQUINERIE

Dernière mise à jour
le 22/02/2018

Vendre un commerce Maroquinerie

Définition de la profession
 

Très sensibles à la mode, les professionnels doivent avoir une excellente connaissance des techniques de fabrication tout en sachant finement négocier avec fabricants et grossistes.  Leur aptitude à rendre un conseil personnalisé saura faire la différence avec les offres des grandes surfaces.

 

L’essentiel des enseignes de maroquinerie (55% des parts de marché) est représenté par des détaillants multimarques positionnés sur les segments du haut de gamme et moyenne gamme. Sur le haut de gamme, ils se trouvent en concurrence avec les distributeurs exclusifs appartenant aux grands fabricants de maroquinerie, la commercialisation exclusive des articles se faisant dans des points de vente détenus en propre ou dans les corners de grands magasins.


Contexte actuel


Fortement liée au pouvoir d’achat des ménages, la consommation d’articles de maroquinerie et de voyage progresse aussi bien en valeur qu’en volume, les professionnels du secteur bénéficiant de facteurs dynamisants de la demande. En attestent le segment haut de gamme, notamment avec l’importance du flux touristique en France, et le segment moyenne gamme marqué par les accessoirisassions des produits liées aux modes.

Ces deux segments restent toutefois le lieu d’une concurrence intense. Ainsi, sur le haut de gamme, le commerce spécialisé, principal circuit de distribution, subit la pression de grands magasins  et des points de vente intégrés de grands fabricants. Sur le segment moyenne gamme, il doit compter avec les enseignes du prêt-à-porter trouvant dans les articles de maroquinerie de réels relais de croissance.

Dans ces conditions, l’adhésion à un réseau de commerce sous enseigne est vivement recommandée pour pouvoir bénéficier de conditions d’achat avantageuses, ce qui permettra d’offrir une large gamme d’articles sans cesse renouvelée, un atout concurrentiel désormais vital, comme l’est également la capacité à se présenter comme un spécialiste capable de conseiller, de réparer et d’entretenir.
 

Equipement – immobilisations


Lors de l’installation, la création du fonds suppose l’acquisition d’un pas-de-porte de 40 à 80 m2, situé de préférence en centre-ville ou au sein d’une galerie marchande. Selon les Editions Francis Lefebvre, le fonds de commerce pour un magasin de maroquinerie s’évalue de 60 à 100 en pourcentage de chiffre d’affaires TTC par an.
Les investissements à faire portent essentiellement sur les agencements et le stock de départ, qui représentent un coût élevé et doivent être renouvelés  tous les 5 à 7 ans.


Conditions d’exploitation


Il est possible de choisir d’exercer son activité soit en tant qu’entrepreneur individuel, soit en tant que société, ce qui est correspond à 60% des cas, le plus souvent sous forme de SARL.

L’activité est très saisonnière avec des pointes aux périodes de fêtes. Les mois de juin pour la bagagerie et de septembre avec la rentrée scolaire permettent d’envisager des recettes supérieures de 15 à 30% par rapport aux autres recettes mensuelles.


Eléments financiers

En 2016, le CA moyen s'éleve à 192 000 euros, avec un résultat courant moyen de 21 000 euros. Il s'agit, pour la 2ème année consécutive, de la plus forte baisse d'activité parmi les professions du secteur de l'équipement de la personne.  Le CA moyen perd 6,8 % après -4,3% en 2015, ce qui porte à 15,2 % le repli sur quatre ans.
La marge brute représente 47 % du CA.

Les achats qui représentent près de 60% du chiffre d’affaires doivent être maîtrisés pour ne pas entraîner d’importants frais financiers. Les charges du personnel représentent 9% du chiffre d’affaires et les agencements, près de 3%.

Le résultat dépend de la maîtrise du stock, des conditions d’approvisionnement auprès des fabricants et de la politique de prix. Il faut constamment veiller à préserver l’équilibre  entre l’écoulement rapide des produits démodables, une marge suffisante sur les produits de marque appelés à durer dans le temps, sans compter un achalandage adapté aux exigences de la clientèle et à la saisonnalité.

La gestion des stocks reste essentielle compte tenu de leur importance et de la saisonnalité.
 

Règlementation en vigueur


Aucun diplôme n’est requis pour exercer l’activité de vente d’articles de maroquinerie.

Le local doit répondre  aux normes de sécurité relatives aux établissements recevant du public.

Le vendeur doit s’interdire de participer d’une manière ou d’une autre à des actes de contrefaçon, sauf à engager sa responsabilité en justice (voir en ce sens www.inpi.fr).

 

A savoir

La reprise en 2010 de l’activité des maroquiniers indépendants (+1,4%) s’était largement confirmée en 2011 (+2 ,4%), bien au-dessus de l’ensemble du secteur de l’équipement de la personne. Les résultats de la profession avaient même dépassé ceux de la chaussure. Attention toutefois à l’essor de la vente en ligne et à l’augmentation des prix des matières premières.
 

Adresses utiles


-Fédération Nationale des détaillants en maroquinerie et articles de voyage (FNDMV) qui est une Fédération patronale : www.lamaroquinerie.com.


- Conseil national du cuir : www.lescreateursfrancaisducuir.org

 

Pour aller plus loin…

L’essentiel de la maroquinerie : www.lessentiel.com
 
Sources : jesuisentrepreneur.fr ; FCGA
 
Fiche créée le 24 octobre 2013 par l’agence de presse Sub Verbo


Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises