Cession Commerce

Fiches Conseils > Fiches-metiers > Motos - cycles

MOTOS - CYCLES

Dernière mise à jour
le 05/03/2018

Vendre un commerce Motos - Cycles

Définition de la profession

La profession s’organise autour de quatre groupes. Le commerce de détail de motocycles commercialise les cyclomoteurs et scooters avec des cylindrées inférieures à 50 cm3 (aucun permis n’est requis, sauf, pour les personnes nées après 1988, à passer le brevet de Sécurité Routière (BSR)), les motocycles de petites cylindrées, jusqu’à 125 cm3, qui doivent être immatriculées (utilisables avec un permis de plus de 2 ans, assorti d’une formation pratique ou un permis A1 en l’absence de permis) et, enfin, les motocycles des grosses cylindrées pour lesquels un permis spécifique est requis. Ces revendeurs ou des ateliers de réparation assurent le commerce de détail des pièces et accessoires pour cycles et motocycles. Le commerce de bicyclette s’avère pour sa part largement dominé par la grande distribution et les enseignes de sport. Enfin, l’entretien et la réparation des cycles et motocycles sont assurés par les revendeurs ou des petits réparateurs indépendants.

Si l’entrée dans la profession ne requiert aucun diplôme spécifique, le métier évolue cependant vers plus de savoir-faire. L’entretien et la réparation des nouveaux moteurs, avec plus d’injection et moins de carburateurs, exigent en effet des formations spécifiques en permanence, sans parler de l’utilisation des NTIC qui ont considérablement amélioré les relations entre fournisseurs et clients. Ces derniers ayant besoin des conseils de professionnels avertis, à même d’assurer l’entretien et la réparation du matériel vendu, un CAP, un BEP, voire un Bac Pro, sont vivement recommandés, suivi de quelques années d’expérience.

Contexte actuel


On doit distinguer le contexte du secteur des cycles de celui des motocycles.

Selon l’Observatoire du cycle, en 2011, le secteur des cycles a vu ses ventes progresser de 5,5% en volume et de 6,5% en chiffre d’affaires. Le marché du « vélo loisir » reste majoritaire, derrière le « vélo mobilité » et le vélo sportif, ce dernier segment étant en progression.

Le secteur des « moto-scooters » a, lui, de nouveau souffert en 2011, accusant une baisse globale de 6,7%. Les ventes des grosses cylindrées ont certes affiché une hausse de 3,5% en volume mais les ventes de scooters, spécialement les gammes à moteur de 125cm3, reculent, vraisemblablement impactées par la nouvelle législation obligeant à une formation de 7 heures. Reste que le scooter à 3 roues, récemment apparu sur le marché, enregistre une progression certaine.

Selon la Chambre Syndicale Internationale de l’Automobile et du Motocycles (CSIAM), le marché français, qui reste tout de même un des plus dynamiques d’Europe, a commencé une profonde mutation avec une diversification des profils des consommateurs.


Equipement – immobilisations


Les coûts d’aménagement varient beaucoup selon la surface de vente et les contraintes fixées par les fabricants : les normes fixées par ces derniers imposent en effet des surfaces de vente et des aménagements spécifiques souvent coûteux. Il faudra compter avec un autofinancement minimum de 30% pour offrir une marge de sécurité acceptable pour la banque.

Selon les Editions Francis Lefebvre, en 2012 l’évaluation d’un fonds de commerce d’un magasin de cycles-motocycles varie entre 20 et 50% du chiffre d’affaires TTC /an.


Conditions d’exploitation


La création est le mode d’installation le plus répandu pour le commerce de motocycles, les professionnels s’installant d’abord en qualité de concessionnaire ou d’agent.

La plupart des entreprises sont exploitées sous forme de société, même s’il est possible d’exercer dans le cadre du statut d’entrepreneur individuel.

Il convient de veiller à un équilibre constant entre les ventes des produits neufs, des produits d’occasion et des ventes de pièces détachées, dont le poids s’avère plus important pour les vélocistes. Dans le même temps, il est recommandé de veiller à une gestion scrupuleuse des stocks et des approvisionnements, ce qui nécessite un fonds de roulement élevé (plus de 40 jours de chiffre d’affaires HT).

Eléments financiers


En termes de recettes, les performances varient fortement selon la taille de l’entreprise, le statut de concessionnaire ou d’agent et la gamme des produits proposés. Les recettes dépendent également beaucoup du cycle des saisons pour culminer de mai à septembre et en décembre. Il convient donc de bien gérer sa trésorerie ainsi que ses achats, la diversification d’activités complémentaires  (entretien, vente de pièces détachées et d’équipements) permettant aussi de mieux réguler les variations.

Les charges de personnel représentent 8% du chiffre d’affaires mais les charges externes telles que la location des murs ou les assurances peuvent aller jusqu’à 9% du chiffre d’affaires, les commerces bien situés ayant naturellement des loyers très élevés.

 
CA HT moyen en euros (2016) Marge brute % CA Excédent brut d’exploitation % CA Charges de personnel % CA Valeur
Ajoutée en %
Résultat
Courant en %
240 000 37 15 7 23 9
source : FCGA

Selon la FCGA, avec un résultat net courant moyen de 22 000 euros, les commerces de cycle se situent, en 2016, en 58 ème position au classement général des résultats courants des 78 professions étudiées.

Règlementation en vigueur


L’immatriculation au répertoire des métiers est nécessaire à l’activité de réparation et d’entretien, l’activité de vente des deux roues nécessitant pour sa part une immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés. Une double immatriculation sera nécessaire en cas d’activité mixte.

Le décret 95-937 du 24 août 1995 a renforcé les règles de sécurité relatives à la distribution des cycles. Les bicyclettes doivent être livrées montées et entièrement réglées, munies d’un éclairage et d’un avertisseur sonore ; en outre, marquage du cadre, dossier de certification et notice conforme sont exigibles sur tous les vélos.

Les deux-roues motorisés sont quant à eux classés en cinq segments, fonction de leur puissance et de leurs caractéristiques techniques. L’âge minimum de conduite est de 14 ans pour les motocycles limités à 50 cm3, de 16 ans pour les cylindrées supérieures à 50 cm3 et de 18 ans au-delà de 80 cm3. L’utilisation d’un casque est obligatoire au-delà de 50 cm3. Enfin, la limitation du niveau sonore des motocycles de plus de 175 cm3 est fixée à 80 Db.
 

A savoir

-De manière générale, la demande des deux-roues en France restera soutenue pour l’avenir dans les grandes agglomérations, compte tenu de la politique de restriction imposée à la circulation des automobiles.  La France apparaissait en 2012 au 4ème rang mondial pour l’achat de vélos par habitant, soit, 5,7%, derrière le japon, les Pays-Bas et les Etats-Unis.

-La situation du marché des motocycles reste pour sa part plus contrastée, l’évolution de la réglementation en termes de permis et d’obligation de formation n’y étant pas indifférente. De fait, l’activité des commerces de cycles et de scooters s’était légèrement repliée en 2011, après déjà deux années consécutives de baisse de chiffre d’affaires.
 

Adresses utiles


Conseil national des professions du Cycle (CNPC)
www.tousavelo.com tel : 01 46 25 02 35
 
Fédération nationale du Commerce et de la Réparation de Motocycles (FNCRM)
http://www.fncrm.fr /tel : 01 41 95 10 10
 
Chambre Syndicale Internationale de l’Automobile et du Motocycles (CSIAM)
http://www.csiam-fr.org /tel : 01 53 64 50 30
 
Sources :jesuisentrepreneur.fr ; FCGA.

Fiche créée par l’agence de presse Sub Verbo le 29 novembre 2013

Télécharger : Motos - CyclesTélécharger la fiche

Ces pages pourraient vous intéresser :

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises