Cession Commerce

PRESSING / TEINTURERIE

Dernière mise à jour
le 13/04/2018

Vendre un commerce Pressing / Teinturerie

Définition de la profession


Les teinturiers ou pressings assurent le nettoyage à sec de vêtements dont le traitement à domicile est délicat. Le professionnel effectue le diagnostic, le nettoyage, le repassage, l’emballage sous housses plastiques et le stockage du vêtement. Il peut également proposer des services de blanchisserie ou de retouches.


Contexte actuel


Le secteur accuse une diminution du nombre de ses points de vente. Dans un marché saturé, que les discounters ont pénétré, la création d’entreprise est risquée. La reprise d’un fonds offre, dès lors, de meilleures opportunités, à condition que le matériel ne soit pas trop vétuste.


Conditions d’exploitation
 
  • Aucun diplôme n’est exigé pour exercer l’activité mais une formation de 2 jours, dispensée par un organisme agréé, est obligatoire.
  • L’activité étant de nature artisanale, l’exploitant doit s’immatriculer auprès de la chambre des métiers.
  • Le projet de création est soumis à une déclaration préalable auprès de la Préfecture sous réserve du respect des normes de protection de l’environnement et de sécurité.
Pour en savoir plus  : www.environnement.gouv.fr


Réglementation en vigueur


L’utilisation de solvants ayant des conséquences sur l’environnement, la profession fait l’objet d’une réglementation spécifique. Les installations classées DC (déclaration + contrôle) doivent se faire contrôler tous les 5 ans maximum et les certifiées EMAS ou ISO 14001 tous les 10 ans.

L'arrêté 2345 du 05/12/2012 publié au J.O du 09/12/2012 précise la calendrier de sortie du perchloréthylène  dans les installations de nettoyage à sec avec voisinage immédiat, modifiant ainsi l'arrété du 31 août 2009.

Une situation de non-conformité à la réglementation entraînera des sanctions administratives et/ou pénales. Une opération nationale de contrôle des pressings a d’ailleurs été menée en fin d’année 2008. Au total, sur 275 installations contrôlées, 80 se sont vues dresser des procès-verbaux (PV).

En cas de cession du fonds, l’exploitant est tenu d’informer son successeur de l’obligation qui lui incombe de souscrire une déclaration de succession.


Les éléments financiers


Les commerces s’évaluent dans une fourchette comprise entre 70 à 100% du chiffre d’affaires annuel TTC d’après le barème fiscal Francis Lefèbvre et autour de 80% du CA d’après la Fédération Française des Pressings et Blanchisseries.

Selon la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA), le chiffre d'affaires d'une blanchisserie/pressing en 2016  est de 81 000 euros, et le résultat courant moyen de 15 000 euros.

 
Surface moyenne pour un pressing CA annuel TTC CA par personne occupée Rémunération moyenne du commerçant Evaluation du fonds de commerce Prix moyen du soin
100 m² 130 000 euros 50 000 euros 1500 euros 80% du CA annuel TTC 6 euros

Source : FFPB


Précision

La consommation en région parisienne étant 2 fois supérieure à la moyenne nationale, il convient interpréter en conséquence les chiffres ci-dessus. Notez, par ailleurs, que l’emplacement revêt un caractère souvent décisif dans la santé financière du commerce. D’une manière générale, c’est en zones urbaines que les besoins sont les plus importants. Un environnement commercial dense est également fortement conseillé.


Equipements-Immobilisations


Dans un contexte général d’hyper concurrence, le commerçant indépendant se doit de proposer un service impeccable. Pour se faire, il doit disposer de machines en parfait état de marche.
 
Matériel complet
de nettoyage, repassage
Machine à laver et séchoir Table à détacher, pistolets de détachage Machine de nettoyage à sec
de 8/12 Kg
Table à repasser Table à froid
60 000 euros 5 000 euros 3 000 euros 25 000 euros 5 000 euros 6 000 euros

Source : AFE (ex APCE)


Précision

Ces chiffres peuvent varier selon la gamme que vous choisirez pour votre magasin. Reste que d’après la FFPB, il faut compter 250 000 euros d’investissement au départ.


A savoir

 
  •  Le pressing n’apparaissant pas comme une priorité dans le budget des ménages, comme le prouve la diminution du volume de vêtements confiés, le commerçant doit être extrêmement attentionné à l’égard de sa clientèle toujours plus exigeante. Beaucoup de diplomatie s’impose !
  •  Il doit, d’autre part, être un vrai professionnel, ce qui suppose une bonne connaissance des textiles, solvants et autres techniques de nettoyage.
  •  Le prix (6 euros en moyenne) ne doit pas être une obsession : la clientèle des pressings est plutôt aisée et active. Les indépendants qui s’en sortent le mieux se sont d’ailleurs spécialisés sur des niches haut de gamme.
  • L’exploitant doit remettre à ses clients un ticket de dépôt mentionnant ses coordonnées, la nature et le nombre d’articles déposés, la qualité du service assuré et le prix de la prestation. Doivent, en outre, être indiquées toutes les réserves éventuelles sur l’état du vêtement afin d’éviter les litiges en cas de détérioration.
  •  Dans le cas contraire, sa responsabilité peut être engagée. Le dédommagement peut alors prendre pour base la valeur d’achat de l’article confié, diminué d’un coefficient de vétusté.


Adresses utiles

 
- Fédération française des pressings et blanchisseries, 1 bis rue du Havre, 75008 Paris - 01.42.01.85.08
 
- CFET Ile de France, 1 bis rue du Havre, 75008 Paris - 09 50 38 56 80.

 
Sites Internet utiles

           -www.ffpb.fr
           -https://cfet.fr
           -www.afe.fr
      

 
Fiche mise à jour  par Jean Couderc


Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises