Cession Commerce

PRODUITS BIO

Dernière mise à jour
le 25/06/2009

Vendre un commerce Produits bio


Définition de la profession


L’activité consiste à proposer à la vente des produits alimentaires frais, secs, transformés, des compléments alimentaires et des produits de diététique, de cosmétique ou encore d’hygiène. Distincts au départ, les magasins bio et les magasins conseils ne font bien souvent plus qu’un. Un produit issu de l’agriculture biologique résulte d’un mode de production exempt de produits chimiques de synthèse.


Contexte actuel


Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le commerce de produits biologiques n’est pas récent. La première enseigne a vu le jour en 1948 et le secteur a pris son envol à la fin des années 90. Il s’agit d’un marché ouvert, tenu majoritairement par des indépendants, mais également par des franchisés et des succursalistes.

Deux types de commerces se côtoient : les magasins de détail d’une surface inférieure à 100 m² essentiellement diététiques qui rencontrent des difficultés au niveau des prix et des références et les supérettes bio de 150 à 300 m² qui proposent une large gamme de produits. Après une progression à 2 chiffres jusqu’en 2002, leur développement s’est stabilisé avec une croissance moyenne annuelle comprise entre 5 et 10 %.


Conditions d’exploitation


- Aucun diplôme n’est requis pour exercer le métier. Il est cependant préférable de très bien connaître l’ensemble de la gamme et de se tenir informé des évolutions du marché et de la législation.


Réglementation en vigueur


Un produit de l’agriculture biologique doit obligatoirement être certifié par l’un des organismes privés agréés par les pouvoirs publics. Son nom doit être ainsi mentionné sur l’étiquette (ex : Ecocert, www.ecocert.fr ou Qualité France, www.qualite-france.com).

La certification donne ensuite droit au label AB, reconnu par le ministère de l’Agriculture. Pour l’obtenir, une denrée alimentaire doit être composée d'au moins 95 % d'ingrédients de l'agriculture biologique.

Si la mention AB n’est pas autorisée pour les autres produits bio, la formule « X % d’ingrédients d’origine agricole ont été obtenus selon les règles de la production biologique » peut y figurer.


Les éléments financiers


- Le barème d’évaluation Francis Lefebvre estime la valeur d’un fonds de commerce de produits bio entre 30 et 50 % du chiffre d’affaires annuel TTC. Ce pourcentage est généralement majoré pour les franchises : entre 45 et 55 % du CA.

CA HT annuel moyen Marge brute Charges de personnel Résultat courant Evaluation du fonds
de commerce
300 000 € 34,7 %
du CA
4,5 % du CA 12,2 % du CA Entre 30 et 50 %
du CA annuel TTC

Source : APCE&SYNADIS

Précision

Le coefficient multiplicateur est environ de 1,7.
Selon l’APCE, l’équilibre est atteint lorsque la marge brute HT oscille entre 25 et 28 % et l’activité dégage des bénéfices lorsqu’elle dépasse 30 %.


Equipements-Immobilisations


L’emplacement revêt un caractère déterminant dans le bio. Particularité intéressante : mieux vaut mieux un quartier où réside une population plutôt aisée, type « bo-bo », qu’un emplacement n°1.
Surface moyenne Nombre de références Constitution du stock Effectif moyen Rotation des stocks Crédit fournisseurs

Surface moyenne Nombre de références Constitution du stock Effectif moyen Rotation des stocks Crédit fournisseurs
150 m² 2 000 à 3 000 en magasin
de moins de 150 m² 
3 000 à 5 000 pour les autres
25 000 € 1,5 (exploitant inclus) 72 jours 39 jours

Source : APCE&SYNADIS

Précision

Les zones urbaines sont incontestablement mieux adaptées à ce type de commerce. Mais il est plus aisé de trouver des produits frais, et bio, lorsqu’on vit proche des producteurs…


A savoir


  • Il faut bien connaître le métier. Les attentes du consommateur sont de plus en plus précises et leurs préoccupations multiples. Le commerçant doit être capable d’informer et de répondre à ses interrogations.
  • Avec une offre qui ne cesse de grossir, se pose un problème de place pour présenter et entreposer les produits.
  • Elément à ne pas négliger : le consommateur est certes responsable et citoyen mais il veut aussi se régaler. Il convient de proposer des produits qui ont du goût.
  • Longtemps considéré comme une épicerie de dépannage, le bio a désormais trouvé son public qui y effectue pour une grande part l’ensemble de ses courses. Conséquence, le ticket moyen a triplé en 10 ans.

Adresses utiles


- Syndicat national des distributeurs spécialisés de produits biologiques et diététiques
SYNADIS BIO, 58 rue des reculettes 75013 Paris - 01.55.43.31.75

- Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique
6 rue Lavoisier 93100 Montreuil-sous-Bois - 01.48.70.48.30

- Fédération française de la diététique, de l’alimentation bio, de la cosmétique naturelle et des produits écologiques, FFD, 14 terrasse Bellini 92807 Puteaux Cedex - 01.47.75.03.09


Sites Internet utiles




Fiche mise à jour par Jean Couderc


Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises