Cession Commerce

LE DOSSIER DE DEMANDE DE PRÊT

Dernière mise à jour
le 31/01/2012

Le dossier de demande de prêt comprend l’ensemble des éléments à partir duquel le projet de création ou de reprise d’entreprise pourra être mis en oeuvre avec succès.


Concrètement, il s’agit du support à partir duquel le chargé de clientèle de l’agence bancaire, convaincu de la pertinence des données, sera en mesure de défendre le projet pour obtenir la décision d’octroi de crédit.

Le dossier, clair, concis, et surtout cohérent au regard de l’existant et du potentiel, retiendra d’autant plus l’attention qu’il sera accompagné d’une note synthétique reprenant les principaux axes, qu’il s’agisse des informations relatives aux demandeurs, des informations relatives au projet lui-même ou de leur traduction en termes financiers dans le plan de financement.
 

I – Informations relatives aux créateurs ou repreneurs

Ces informations permettent de montrer que le profil du demandeur est adapté à la configuration du projet.
Qui sollicite doit se présenter. Le demandeur présentera donc son Etat civil, celui de son conjoint  et de ses éventuels associés, avant de faire état de sa formation et de son expérience professionnelle.
Autant d’éléments à attester par la délivrance des copies des cartes d’identité, de Curriculum Vitae, des diplômes et, éventuellement, du bilan des affaires gérées en cas d’activité non salariée exercée auparavant.
 
Attention : Compétences et expérience constituent une donnée essentielle pour la banque qui appréciera aussi leur complémentarité par rapport à celles des associés éventuels.
 
Ces informations seront utilement complétées par une évaluation patrimoniale comprenant les tableaux de remboursement des crédits éventuellement en cours, le dernier avis d’imposition, ainsi que les justificatifs de domicile, de revenus et de ressources. Cela, pour livrer une image complète de la capacité du demandeur à porter le projet.

 

II – Informations relatives au projet de création ou de reprise


Au-delà de la fiche signalétique de la structure destinée à supporter la création ou reprise, le dossier doit contenir un exposé détaillé des tenants et aboutissants du projet démontrant sa maturité et sa maîtrise.

La fiche signalétique de l’entreprise renseigne sa raison ou dénomination sociale; sa localisation ; sa forme juridique ; son capital social et sa répartition s’il s’agit d’une société (en nom propre ; SARL ; SCI pour les murs) ; enfin, la date et le lieu du dépôt de la demande d’immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés ou au Registre des Métiers.

L’exposé circonstancié du projet précise avant tout la nature, l’objet, la motivation et les objectifs fixés, tout en mentionnant les aides accordées ou en cours de négociation éventuelles. Le but étant de convaincre de la pertinence du projet, l’exposé se poursuit par le développement de points clés suivant qui s’enchaînent naturellement :

·         Description du produit/prestation à situer dans son environnement, en particulier par rapport à son marché, fonction de différents paramètres : le volume et l’évolution de la demande dont l’évolution prévisionnelle du niveau de consommation; les caractéristiques de la demande en pointant le type de clientèle et les particularités dans les habitudes de consommation ; les caractéristiques de l’offre avec une identification précise des principaux concurrents. 
 
·         Indication de la part de marché fixée pour les 3 premières années d’activité et son évolution ;
 
·         Evaluation du chiffre d’affaires pour les 3 premières années d’activité défini, au choix, par imitation, par charges ou par produits
 
·         L’étude de l’emplacement, primordiale pour le commerce de proximité, est présentée à partir d’un « plan de masse » complété par une description précise de la zone de chalandise et de l’environnement immédiat du futur local, ce qui permet d’évaluer la clientèle potentielle.
 
 
·         Précision de la stratégie : elle présente la segmentation de la clientèle, son ciblage, ainsi que le positionnement choisi pour se démarquer de la concurrence; la politique commerciale envisagée en termes de produits, de prix et de communication notamment ; enfin, les moyens de production, en termes de personnel, de fournisseurs, de sous-traitant, d’immeubles (caractéristiques des locaux notamment, justificatifs à la clé), et de matériel d’exploitation. En cas de reprise, il est opportun de joindre les trois derniers bilans détaillés de l’affaire avec analyse des postes significatifs (achats ; loyers, crédit-bail…).
 

III – Le dossier financier ou plan de financement


Toutes les données ainsi présentées doivent être traduites en termes financiers de manière à refléter un certain nombre d’équilibres dont la banque souhaitera s’assurer à travers quatre éléments : le compte de résultat prévisionnel établi sur 3 ans, le calcul du besoin de fonds de roulement (BFR), le plan de financement initial et le plan de financement à 3 ans. L’examen de certains éléments-clé de l’exploitation sera également utile.

Pour plus de détails sur ces éléments financiers : se reporter à la fiche financement « Plan de financement »

 
Fiche actualisée au 31 janvier 2012 par SubVerbo
  •  

 



Ces pages pourraient vous intéresser :

Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises