Cession Commerce

Je n'ai pas d'apport, que dois-je faire ?

Par aurelie
Le 10/02/2010 à 18h31

Bonjour
est-ce vanité que de vouloir réussir ? J'ai 20 ans, titulaire d'un bac pro esthétique,,,,je voudrais racheter un institut de beauté ( chiffre d'affaires annuel 100 000 euros, prix de vente 80 000 ) mais je n'ai aucun apport, mes proches ne peuvent pas m'aider car issue d'une famille modeste, les banque me suivent, mais à condition d' un apport, impossible à trouver, que dois-je faire? un prêt perso? un revolving?,je ne vois pas d 'issue, merci pour vos réponses....

M. Cyrille PINEAU

Expert-comptable

Gsm : 06 07 68 06 85

Email : c.pineau@strego.fr

Site internet : www.strego.fr

Cabinet Strego
5, rue Albert Londres BP20303 44303 Nantes Cedex 3

Tél : 02 40 50 12 61

Bonjour Aurélie,

Même si cela vous paraît injuste, les banques ont souvent raison de refuser le prêt sans un apport car les résultats dégagés par votre institut ne permettront pas de rembourser un emprunt trop important.
Au prix d'achat de 80 000 euros, il faudra y rajouter les frais d'actes et sûrement un peu de frais de relooking de votre institut., ce qui montera vite les besoins de financement à 90 000 euros L'échéance mensuelle du prêt bancaire sera difficile à rembourser sur la durée de 7 ans, car les rentabilités d'un institut sont plutôt faibles.

Néanmoins, si votre projet semble être équilibré financièrement au vu d'une bonne rentabilité de l'exploitante actuelle, il vous reste 2 solutions cumulables :
- faire appel à des dons ou prêts de personnes que vous connaissez, pour ensuite, compléter cet apport par des prêts d'honneur et autres aides.
- après avoir obtenu des refus bancaires, prendre contact avec l'ADIE, une association spécifique, qui octroie des crédits à ceux qui n'ont pas obtenu de prêts bancaires. Mais sachez que l'ADIE demande quand même une caution d'un proche pour le financement.

Bon courage dans vos démarches

Cyrille PINEAU
Expert-Comptable

Ces pages pourraient vous intéresser :

Réactions des internautes

Participer à la discussion

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises