Cession Commerce

Je n'ais pas d'apport, puis-je reprendre l'affaire ?

Par sebastien
Le 14/04/2011 à 15h22

Bonjour,

Je travaille depuis trois ans dans une entreprise, je suis pizzaiollo, mon patron voudrait que je rachète mais je n'ai pas d'apport personnel,  je ne sais où me tourner pour les démarches.
Cela vaut 420 000 euros avec les murs. Est- ce possible ? c'est une affaire qui tourne très bien .

M. Cyrille PINEAU

Expert-comptable

Gsm : 06 07 68 06 85

Email : c.pineau@strego.fr

Site internet : www.strego.fr

Cabinet Strego
5, rue Albert Londres BP20303 44303 Nantes Cedex 3

Tél : 02 40 50 12 61

Bonjour Sébastien,

 

De nos jours, les banquiers n’accordent pas un emprunt sans un minimum d’apport, bien que votre expérience soit prouvée. En général, ils demandent un apport qui se situe entre 20 à 30% du fonds de commerce. Ils peuvent parfois être plus exigeants en matière de restauration, et demander 40% du montant à financer. Votre projet semble difficile étant donné la valeur importante de l’acquisition. En effet, un financement de 420 000 € impliquerait que vous ayez 126 000 € à apporter. Bien que des aides existent en matière de création, celles-ci ne pourront pas remplacer votre apport. Il serait plus judicieux d’effectuer tout d’abord l’achat du fonds de commerce, puis par la suite d’acquérir les murs.

 

Je ne peux que vous conseiller de faire appel à des dons familiaux pour au moins constituer un minimum d'apport, qui n'est pas forcément à 30% du montant du fonds de commerce. Je pense qu'il faut néanmoins avoir au moins 20% d'apport pour pouvoir avoir la confiance des banquiers et des autres partenaires.

 

N’oubliez pas que le fonds de commerce n’est pas le seul élément que vous aurez à financer, il faudra également ajouter tous les frais annexes comme les droits d'enregistrement, honoraires de rédaction des actes (avocat ou notaire), le stock de marchandises…

 

Une fois l’apport trouvé, vous pourrez le compléter par des aides ou prêt d'honneur du type Réseau France active ou Réseau France Initiative et d'autres organismes qui pourront se porter caution sur le prêt bancaire, mais dans tous les cas, ceux-ci doivent venir compléter un apport personnel.

 

Une autre solution peut-être le crédit-vendeur, qui constitue un délai de paiement consenti au repreneur par le vendeur d’un fonds de commerce. Votre propriétaire serait alors le prêteur à la place de la banque, et vous le rembourserez tous les mois grâce à la rentabilité du fonds de commerce.

 

Cordialement,

 

Cyrille PINEAU

Expert-Comptable

Ces pages pourraient vous intéresser :

Réactions des internautes

Participer à la discussion

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises