Cession Commerce

La banque peut-elle me suivre ?

Par Ema
Le 17/08/2010 à 14h13

Bonjour,
Je souhaiterais racheter un institut de beauté, d'une valeur de 130 000 euros. Celui-ci a un une employée à plein temps, un CA de 140 000 euros et dégageant un bénéfice net de 33 000 euros net. D'après vous, le prix demandé est il correct sachant qu'il se situe dans un village proche d'Aix en Provence ? Sachant que je souhaiterais le négocier aux alentours des 110 000 euros, pensez-vous qu'une banque pourrait me suivre avec un apport de 10 000 euros tout en sachant que j'ai également 20 000 euros que j'utiliserai pour les frais annexes tels que notaire, et frais de lancement ? Merci.

M. Cyrille PINEAU

Expert-comptable

Gsm : 06 07 68 06 85

Email : c.pineau@strego.fr

Site internet : www.strego.fr

Cabinet Strego
5, rue Albert Londres BP20303 44303 Nantes Cedex 3

Tél : 02 40 50 12 61

Bonjour Ema,

Afin de répondre à votre question, il faudrait être certain que le bénéfice dont vous parlez de 33 000 euros ne contient pas la rémunération de la cédante. C'est le cas si elle est en entreprise individuelle.

Le prix me paraît élevé pour un chiffre d'affaires de 140 000 euros mais il faut évidemment analyser le bail commercial, l'état des locaux, le chiffre d'affaires réalisé par la salarié et la cédante. Ne perdez pas de vue que la clientèle de la cédante ne vous suivra pas forcément.

Le prix de 110 000 euros me semble plus raisonnable en effet, mais je doute de la faisabilité financière avec un apport seulement de 10 000 euros.

Je vous invite à essayer de faire baisser encore plus le prix avec les arguments évoqués ci-dessus et de commencer à rechercher d'autres sources de financement comme les plateformes locales ou le prêt nacre si vous êtes éligibles.

Pour un tel projet, faîtes appel à un expert-comptable pour la partie prévisionnel et un avocat ou notaire pour le montage juridique.

Cyrille PINEAU
Expert-Comptable

Ces pages pourraient vous intéresser :

Réactions des internautes

Participer à la discussion

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises