Cession Commerce

Peut-on porter plainte contre les anciens propriétaires ?

Par sylvie
Le 07/04/2009 à 20h43

Bonjour,
J'ai racheté un salon de coiffure en janvier 2008 où il y avait 2 employées depuis presque plus de 15 ans, avec une bonne clientèle. Le prix du salon a été basé sur le chiffre d'affaire. Les anciens propriétaires me l'ont vendu en me certifiant que les employées voulaient rester et n'avaient aucune attention de partir. Sauf que 2 mois après mon arrivee , une est partie chez une concurrente à 300 m du salon , cette concurrente étant une copine à elle qui l'a debauché de chez moi,ce qui qui était prévu . Et en juillet , 2ième demission de l'autre qui s'est installée coiffeuse à domicile, ce qui était prevu aussi, puisque j'ai le témoignage de certaines clientes qui me disent qu'elle en parlé depuis longtemps ; je n'avais pas fait de contrat de non concurrence ayant confiance dès le depart.depuis j'ai réembauché 2 autres personnes mais c'est très dur dans la region de refaire une nouvelle clientèle . Je me retrouve à payer très cher une clientèle qui est partie. J'ai été trompée depuis le debut , à ce stade j'aurais du faire une création, cela m'aurait coûté moins cher.
Voici ma question : y at-il un moyen de porter plainte contre les anciens propriétaires pour m'avoir vendu ce salon trop cher et de m'avoir menti sur les inttentions des employées ; de faire baisser le prix de vente qui selon moi a été trop cher vu les évenements de l'annee ?.

Gilles HITTINGER-ROUX

Avocat

Email : g.hittinger-roux@hb-associes.com

Site internet : www.hb-associes.com

Cabinet H.B & Associés
55, avenue Kleber, 75016 Paris

Tél : 01 42 65 40 00 / Fax : 01 42 65 40 01

Chère Sylvie,

C'est évidemment un risque qui existe dans toutes les cessions de fonds de commerce. Il vous appartenait de vous attacher les services des employées qui travaillaient dans le salon.

Il est évident que dans une activité de service, le contact clientèle est essentiel.

Il me paraît difficile que vous puissiez mener une action contre les anciens propriétaires, à moins d'établir par preuves écrites, la dissimulation d'information et la volonté délibérée, dès l'origine, de transférer la clientèle sur d'autres sites.

A défaut de preuve, toute action sera vouée à l'échec.

Bien à vous.

Gilles HITTINGER-ROUX.

Ces pages pourraient vous intéresser :

Réactions des internautes

Participer à la discussion

>Actualité
Magazine l'argus des commerces et des entreprises