2019, nouvelle année record pour la création d’entreprises

L’appétit pour la création d’entreprises ne dément pas. Elle connaît une forte hausse en 2019, portée par les immatriculations des micro-entrepreneurs. L’entrepreneuriat séduit aussi les jeunes générations.
AccueilActualité du commerce à la une  > 2019, nouvelle année record pour la création d’entreprises
Par Sophie MENSIOR -  
Le 17/01/20
Les candidats à la création d’entreprises sont toujours plus nombreux. Selon les derniers chiffres de l’Insee, 815 257 entreprises ont été créées en 2019, soit une hausse de 17,9 % par rapport à 2018, année qui avait déjà enregistré le chiffre record de 691 000 créations.

Tous les types de créations sont en hausse : les immatriculations de micro-entrepreneurs ont augmenté de 25,3 %, celles des entreprises individuelles classiques de 15,7 % et celles des sociétés de +8,6 %.  386 326 micro-entreprises ont vu ainsi vu le jour en 2019, 210 505 entreprises individuelles classiques et 218 426 sociétés.

En termes de secteurs, ce sont l’industrie, l’immobilier et le soutien à l’entreprise qui enregistrent les plus fortes progressions.  Le secteur « soutien aux entreprises » étant celui qui contribue le plus à la hausse des créations d’entreprises (+ 32 500 créations). Au sein de ce secteur, c’est dans les activités de conseil pour les affaires et autres conseils de gestion que la hausse est la plus importante (+ 7 700 créations sur les 12 derniers mois).

Près d’1 français sur 3 envisage de créer ou reprendre une entreprise


Cette tendance entrepreneuriale est confirmée par le dernier baromètre Opinionway menée pour le Salon des Entrepreneurs de Paris, qui se tient les 5 et 6 février prochains : près d’1 français sur 3 (29 %) envisage de créer ou reprendre une entreprise. Cette tendance séduit des français de plus en plus jeunes. Près de la moitié des 18-34 ans (49 %) ont l’envie de créer leur entreprise. Une envie qui arrive de plus en plus tôt puisque les plus jeunes se projettent déjà : 43 % des 18-24 ans ont le souhait d’entreprendre.

Si cette dynamique est positive, l’examen des chiffres de l’Insee indique que c’est surtout le poids des micro-entreprises qui augmente. Leurs immatriculations représentant près de la moitié des créations. Or une enquête de l’Insee, publiée l’été dernier, a constaté que trois ans après leur création, seules un gros tiers des micro-entreprises sont encore actives contre 63 % pour les entreprises classiques.